Carlton : non-lieu requis pour DSK

  • A
  • A
Carlton : non-lieu requis pour DSK
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le parquet de Lille le parquet estime "qu'il n'existe pas de charges suffisantes" contre DSK.

L'INFO. Le parquet de Lille a requis un non-lieu en faveur de Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille, a annoncé mardi le procureur de la République de Lille dans un communiqué.

>> A LIRE AUSSI : Carlton : le protagoniste de l'affaire

Des charges insuffisantes. Le parquet a indiqué requérir un non-lieu pour deux personnes, Messieurs Jean-Luc Vergin et Dominique Strauss-Kahn. "En effet, en ce qui les concerne, le parquet estime qu'il n'existe pas de charges suffisantes", explique le communiqué.

Les avocats de DSK crient victoire. "Je constate que le procureur de la République est de notre avis, ce que nous avons toujours dit depuis le premier jour, c'est-à-dire qu'il n'y a pas d'élément constitutif d'une infraction de proxénétisme susceptible d'être reprochée à Dominique Strauss-Kahn", a dit Henri Leclerc, défenseur de l'ancien patron du FMI, sur BFM TV.

Qui des autres mis en cause ? A la question de savoir si les 12 autres personnes mises en examen devaient comparaître devant une cour d'assises ou devant un simple tribunal correctionnel, le parquet a opté clairement pour la seconde option, après avoir étudié les 33 tomes du dossier d'instruction. 

Dodo la Saumure, - alias Dominique Alderweireld -,le commissaire Jean-Christophe Lagarde et les autres personnes soupçonnées d'avoir fourni des prostituées à DSK ne sont passibles, aux yeux du procureur de Lille, que de "proxénétisme en réunion, ainsi que pour certaines d'entre elles, d'escroquerie, abus de confiance, abus de biens sociaux". Par conséquent, le parquet demande pour l'ensemble des 14 mis en examen un non-lieu pour la circonstance aggravante de "bande organisée", qui aurait pu justifier un renvoi devant les assises.

La suite ? Il appartient désormais aux trois juges chargés d'instruire l'affaire de décider si DSK doit ou non être renvoyé devant un tribunal. Dominique Strauss-Kahn a toujours affirmé ignorer que les femmes présentes aux parties fines auxquelles il a participé, notamment à Paris et Washington, étaient des prostituées, et donc rémunérées.

 >> A LIRE AUSSI : Deux prostituées racontent