Cargo échoué : pollution "limitée" à Anglet

  • A
  • A
Cargo échoué : pollution "limitée" à Anglet
@ EUROPE1/Stéphane Place
Partagez sur :

TEMPÊTE PETRA - Le bateau s'est brisé en deux sur une digue. Présent sur place, le ministre Cuvillier a indiqué que la pollution était limitée.

LES DERNIÈRES INFOS

- Un cargo espagnol s'est échoué à Anglet mardi matin en pleine tempête Petra.

- Tous les membres d'équipages ont été secourus.

- Le plan Polmar a été déclenché par crainte d'une pollution au gasoil.

- Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, s'est rendu sur place.

- Les risques de pollution massive semblent évacués.

L'ESSENTIEL

Le Luno, un bateau de 100 mètres de long, s'est encastré mardi matin dans une digue à Anglet, au pays basque, et s'est brisé en deux. Une moitié du navire est contre la digue et l'autre moitié est quasiment échouée sur le rivage de la plage des Cavaliers, un des spots préférés des surfeurs en France.



05.02-naufragés

© DR

L'équipage sain et sauf. Le cargo avait à son bord onze membres d'équipage et un sauveteur, monté lors d'une précédente tentative de sauvetage."Tous les membres de l'équipage ont été hélitreuillés", a indiqué la mairie d'Anglet en précisant qu'ils seraient évacués vers l'hôpital de Bayonne. "Tous sont sur pied. Ils sont choqués. Ils ont froid", a précisé le sous-préfet de Bayonne, Patrick Dallennes, qui a estimé que le marin blessé, dont avait fait état la mairie d'Anglet un peu plus tôt, n'était que légèrement touché. Vers 15 heures, l'équipage se trouvait dans un poste de premiers secours installé à la patinoire d'Anglet où ils étaient pris en charge par les médecins du Samu.

>> Tweet et photo de Stéphane Place, correspondant permanent d'Europe 1 dans le sud-ouest : 



Le risque de pollution massive écarté ? Les cuves du bateau contiennent 127 m3 de gasoil qui ont commencé à se répandre dans la mer, a indiqué le maire d'Anglet, Jean Espilondo. Le plan Polmar de lutte contre la pollution maritime a donc été déclenché.

"La pollution est pour l'instant "limitée, extrêmement limitée. Nous avons été inquiets lorsque nous avons eu connaissance de ce naufrage, mais les risques de pollution massive sont a priori écartés", a cependant déclaré Frédéric Cuvillier, le ministre de la Mer lors d'une visite à Anglet, sept heures environ après l'échouage du cargo.



La mairie d'Anglet précisait plus tôt  sur Twitter que le Luno ne transportait qu'environ 13 tonnes "de carburant léger moteur qui n'est pas du fioul lourd", ajoutant qu'il n' y avait pas de risque de "marée noire".



D'après des témoins, une forte odeur de fioul peut être sentie. Des opérations de dépollution ont commencé vers 13 heures, a indiqué Jean Espilondo. Le maire a d'ailleurs lancé un appel aux curieux via Twitter : "Merci aux curieux de laisser les secours travailler", écrit-il. "Le risque de pollution est bien réel. Ne vous approchez pas de la Côte", ajoute-t-il plus tard. Et devant l'afflux de spectateurs, le maire continue à marteler son message : "[Les plages de] La Barre et les Cavaliers sont fermés. Les médias couvrent en direct. Merci de retourner chez vous et de libérer les route".

Pourquoi ce cargo s'est-il échoué ? Selon les premiers éléments, le cargo aurait été victime d'une avarie moteur en entrant dans le port de Bayonne. Il a été projeté contre la digue par les vagues. Le bateau arrivait à vide et venait de sortir d'une révision technique. Il était "en parfait état", a assuré l'entreprise à laquelle il appartient. "Ce bateau était sorti de la révision quinquennale, où l'on remet en état général tant le moteur que la coque, et il en était sorti en parfait état", a expliqué Juan José Lopez Inoriza, sous-directeur du personnel de Naviera Murueta, société de transport maritime dont le siège est à Bilbao, au Pays basque espagnol. Cette révision "s'était terminée avant-hier" (lundi), a-t-il précisé, niant que le cargo ait connu d'autres problèmes techniques avant son accident de mercredi matin.