Carburants : les prix erronés du gouvernement

  • A
  • A
Carburants : les prix erronés du gouvernement
Ce sont les stations-service qui doivent indiquer sur le site leurs changements de tarifs.@ REUTERS
Partagez sur :

27% des chiffres du site gouvernemental recensant le prix de l’essence par station sont faux.

Le mois de juillet, très prisé des automobilistes, a vu le prix du carburant augmenter de 6 centimes par litre. Le gouvernement invite les automobilistes à se rendre sur le site prix-carburants.gouv.fr pour connaître en temps réel les tarifs pratiqués par les grandes stations-service, délivrant plus de 1.370 litres d’essence par jour. "Un moyen pour les automobilistes d'optimiser leurs arrêts de ravitaillement d'essence sur les routes des vacances", indiquait Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat à la Consommation, le mois dernier.

Mais le magazine Auto Plus a mené l’enquête pour vérifier si les chiffres indiqués sur ce site sont fiables. Et là, surprise : 27% des tarifs indiqués sur prix-carburants.gouv.fr sont erronés… dans un sens bénéficiant généralement à la station.

7 centimes d’écart maximum

En moyenne, 2 centimes d’écart ont été notés par les journalistes, qui ont observé le prix du litre de gazole dans 270 stations, entre le 19 et le 25 juillet. L’écart maximal était de 7 centimes.

Les stations BP, Avia, Intermarché, SuperU et Total sont particulièrement montrées du doigt, avec un tiers de chiffres erronés. En revanche, Carrefour, Casino, Esso et Elf ne dépassent pas les 15% d’erreurs. Plus généralement, les stations du sud de la France se montrent moins rigoureuses que celles du nord.

Pourquoi une telle différence ? Concrètement, ce sont les stations-service elles-mêmes qui ont l’obligation légale de mettre à jour leurs tarifs sur ce site. Mais beaucoup d’entre elles ne s’y plient pas.

Des contrôles très rares

Pour François Tarrain, qui a mené l’enquête pour Auto Plus, "ces stations l’ont peut être fait parce que le prix d’appel du site leur allait bien. Certains l’ont aussi fait parce qu’elles ont oublié, d’autres parce qu’elles se disent que ça ne sert à rien, que personne ne va sur ce site et qu’elles ne seront pas contrôlées".

Effectivement, les contrôles sont rares, voire inexistants, ce qui n’incite pas les propriétaires de stations à se mettre en conformité. "On peut reprocher aux stations-service de ne pas jouer le jeu alors qu’elles en ont l’obligation", ajoute François Tarrain, mais "on peut reprocher au gouvernement de présenter en modèle ce site qui ne donne pas une information aussi fiable qu’on voudrait nous le faire croire".

Des chiffres fiables et mis à jour en temps réel peuvent être trouvés ici.