Carambar : ce n'était donc qu'une blague

  • A
  • A
Carambar : ce n'était donc qu'une blague
@ MAXPPP
Partagez sur :

La marque avait annoncé la fin de ses fameuses blagues. C'était en fait un coup marketing.

La révélation. Les "Monsieur et Madame ... ont un fils" remplacés par un problème de maths ? Les "comble de..." mis au placard par des quizz d'orthographe ? C'est ce qu'avait annoncé Carambar la semaine dernière, provoquant l'incompréhension de milliers de fans. La marque a finalement révélé lundi qu'il ne s'agissait que d'une blague, destinée à faire un coup marketing.

"Une grande blague". Lundi dans un film diffusé sur le site, Carambar explique comment la marque a monté "la plus grande blague de l'année", à grand renfort de publicités, d'informations savamment distillées sur le net, de "kit presse" distribués aux journalistes. "Au lieu de parler de nos blagues, on a préféré en faire une grande", a justifié la marque dans un communiqué. "On veut donner un coup de fouet à la marque et on était beaucoup critiqué sur la qualité de nos blagues", a ensuite expliqué une porte-parole de ces confiseries, créées en France en 1954 et qui ont commencé à faire des blagues en 1969.

Le buzz. L'annonce avait provoqué un énorme buzz sur Internet et l'incompréhension de milliers de fans. Une page avait même été créée sur Facebook contre cette décision. Des pétitions contre la fin des blagues Carambar avaient été lancées sur internet, notamment par la ville de Marq-en-Baroeul, berceau historique des Carambar dans le Nord. La marque assure ainsi avoir reçu ainsi "des milliers de preuve d'amour" de consommateurs militant pour leur maintien.

Les doutes. Mais à l'approche du 1er avril, certains avaient vu clair dans le jeu de la marque. "Même si la direction a annoncé qu'elle allait changer les blagues pour des exercices, il y a encore une part de doutes, de mystères qui fait qu'on en parle", analysait ainsi pour Europe1.fr un spécialiste du marketing, Julien Hatton, directeur-associé chez Buzznative.