Cancer : vers une baisse de la mortalité

  • A
  • A
Cancer : vers une baisse de la mortalité
Partagez sur :

Une étude dévoile les prévisions pour 2012. La France devrait enregistrer 161.000 décès.

La mortalité due aux cancers devrait baisser cette année dans l'Union européenne, sauf pour le cancer du pancréas et du poumon, selon une étude de chercheurs suisses et italiens, publiée par le  Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) de Lausanne.

Hommes et femmes

Selon cette étude, qui a aussi été publiée dans la revue spécialisée Annals of Oncology, les chercheurs s'attendent à 1,3 million de décès dus à une tumeur cancéreuse dans l'UE cette année, soit un recul de 10% pour les hommes et 7% pour les femmes. Chez les hommes, le taux de décès devrait baisser dans toutes les catégories de cancer et chez les femmes également, sauf pour le cancer du poumon, où les chercheurs s'attendent à une progression de 7% par rapport à 2007.

Cette hausse montre une exposition plus forte des femmes à la fumée des cigarettes ces dernières années, relèvent les chercheurs.L'étude montre également que le taux de mortalité des femmes jeunes souffrant d'un cancer du sein a baissé de 17%. Ce taux devrait continuer à baisser dans tous les pays de l'UE, sauf en Pologne. Le cancer du pancréas devrait, lui, continuer à faire des ravages, avec des taux de mortalité inchangé.

Mortalité française

Concernant la France, les chercheurs s'attendent à 161.000 cas de décès dus au cancer en 2012, avec en tête le cancer du poumon (32.000 cas). Selon le professeur Fabio Levi, co-auteur de cette étude et chef de l'unité d'épidémiologie à l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne, "95.000 décès en France toucheront des hommes et 66.000 des femmes" en 2012.

"En nombre de décès, ajoute-t-il, les tumeurs ne sont devancées que par les maladies cardio-vasculaires, mais sont la principale cause d'années de vie perdues, vu qu'elles surviennent à un âge plus jeune que les maladies vasculaires".

Cancer du poumon ravageur

En France, il y aura en 2012, outre les 32.000 décès dus au cancer du poumon, 19.000 décès dus au cancer de l'intestin, 12.000 en raison du cancer du sein, 10.000 dus au cancer du pancréas, 9.000 dus au cancer de la prostate et 6.000 dus à une leucémie.

Le cancer du sein reste la principale cause de décès par tumeur chez la femme dans les pays de l'UE, à l'exception du Royaume-Uni et de la Pologne, où elle a été dépassée par la tumeur du poumon.Pour les tumeurs du sein, les scientifiques relèvent que la baisse de la mortalité est due surtout à l'amélioration des thérapies, un facteur plus important que le dépistage par mammographie réservé aux femmes de plus de 50 ans.