Cambriolages : les raisons d’y voir "une bonne nouvelle"

  • A
  • A
Cambriolages : les raisons d’y voir "une bonne nouvelle"
jean-Jacques Urvoas@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 23 JANVIER – L’Observatoire National de la Délinquance a pourtant constaté une augmentation des cambriolages en 2013.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Jeudi 23 janvier, vous avez été 62% à faire "Votre choix d’actu"  sur la hausse des cambriolages et les réponses apportées par le gouvernement. Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois à l’Assemblée nationale et spécialiste de la sécurité pour le Parti Socialiste, trouve que ces chiffres ne sont pas décourageants. Pourtant, on dénombre chaque jour plus de 1.000 cambriolages, un chiffre en hausse de 6% dans les villes et de 5% à la campagne par rapport à l’année 2013.

Paradoxalement, Jean-Jacques Urvoas y voit "une bonne nouvelle", et pour cause : on parle désormais surtout de "cambriolages" et non plus de "violences aux personnes".



Nombre de cambriolages : "une bonne nouvelle...par Europe1fr

L’autre raison de se réjouir est à chercher du côté des Zones de Sécurité Prioritaires (ZSP), une initiative que le député juge efficace. Dans cette vingtaine de zones où la délinquance est particulièrement présente, les cambriolages sont en baisse de 2.5%. Jean-Jacques Urvoas en conclut que "quand on mène une action, elle porte ses fruits", en référence au plan national de précaution mis en place par le Ministre de l’Intérieur pour lutter contre les cambriolages.

Néanmoins, il reconnaît qu’ "on ne peut pas mettre un policier devant chaque maison" et qu’il est nécessaire de s’adapter pour obtenir une action efficace. D’autant qu’aux yeux de Jean-Jacques Urvoas, la lutte contre les gangs venant d’Europe de l’Est, appartenant à des "réseaux de crimes organisés", sera toujours plus intense dans les prochaines années.