"Ça commence à souffler un peu moins"

  • A
  • A
"Ça commence à souffler un peu moins"
Les rues des principales villes de la Réunion sont vides à l'occasion du passage du cyclone Dumile.@ Frédéric Rustan
Partagez sur :

VU SUR TWITTER - Les témoignages en provenance de La Réunion se font plus optimistes.

>> L'info. L’alerte cyclonique rouge est toujours en vigueur à La Réunion, après le passage du cyclone tropical Dumile au plus près de l’île à la mi-journée. Des milliers de foyers sont privés d'électricité sur fond de forte dégradation des conditions météorologiques. Un pompier a été légèrement blessé lors d'une évacuation.

>>> A LIRE AUSSI : La Réunion en alerte cyclonique

Les internautes optimistes. Une heure après le passage de Dumile au plus près des côtes, les témoignages se font plus optimistes sur les réseaux sociaux.



Le vent a soufflé fort. Des rafales de 180 km/h au Colorado, ont été enregistrées sur les hauteurs de Saint-Denis. Sur le littoral également, le vent a soufflé fort, comme l'illustre cette vidéo postée sur YouTube :

Des rafales spectaculaires. Les vents violents ont commencé à balayer l’île dès le début de la matinée. Les premières photos prises par les riverains ont commencé à apparaître sur les réseaux sociaux.

Des dégâts. A Cilaos, petit village des hauteurs du Sud, 150 mm sont tombés en six heures, selon la préfecture. Plusieurs routes sont inondées dans toutes les régions.



Interdiction de sortir. L’alerte rouge annoncée à 5h30 par le préfet Jean-Luc Marx est entrée en vigueur à 10h, heures locales. En vertu de ce dispositif, les habitants se voient interdire de sortir de leur domicile "pour quelque cause que ce soit". Une consigne qui n'est toutefois pas toujours respectée par les habitants, comme en témoigne ce tweet :



Une-journal-bureau-reunion-
 Le Quotidien de La Réunion avait alerté la population jeudi matin en consacrant sa Une à l'évènement. Le passage du cyclone Dumile intervient après cinq ans d'un "calme exceptionnel" selon Météo France, le dernier cyclone qu'a connu La Réunion, Gamède, remontant à février 2007. Il avait fait deux morts, des personnes qui avaient été emportées en tentant de traverser une rivière en crue.