"C'est le travail d'une année qui part en fumée"

  • A
  • A
Partagez sur :

Jean, céréalier à Salvagnac, a vu ses 250 tonnes de fourrage brûler sous ses yeux.

Propos recueillis par Nicolas Coulaud.