Budget : la Défense au régime sec

  • A
  • A
Budget : la Défense au régime sec
La Défense va devoir se serrer la ceinture plus que d'autres ministères.@ MAXPPP
Partagez sur :

Rigueur oblige, la Défense va devoir se serrer la ceinture plus que d'autres ministères.

Réduction de voilure dans les ministères. Chacun a fait ses propositions pour atteindre les 500 millions d'économies, annoncés par François Fillon. Et après des négociations avec le gouvernement ce week-end, les premières mesures devraient être effectives dès lundi. Certains ministères vont devoir se serrer la ceinture un peu plus que d'autres.

La Défense au régime sec

Le plus gros effort viendra du ministère de la Défense, qui doit fournir à lui seul un cinquième des économies supplémentaires demandées par le Premier ministre. Le budget de la Défense pour 2012 sera amputé d'environ 100 millions d'euros supplémentaires, dans le cadre des nouvelles mesures d'économies annoncées la semaine dernière par le Premier ministre François Fillon, a-t-on appris auprès du ministère. Ce deuxième "coup de rabot" doit s'ajouter à une première diminution de 167 millions d'euros par rapport au projet initial, adoptée lors de l'examen du texte en première lecture mercredi à l'Assemblée nationale.
Pourtant, rue Saint-Dominique, la marge de manoeuvre est étroite car on ne peut rogner que sur les dépenses de fonctionnement. Pas question de toucher aux budgets des opérations extérieures, en Afghanistan ou en Libye. Les contrats d'armements ou les casernes militaires seront aussi préservés.

Les ministères des Transports, de l'Environnement et de la Cohésion sociale vont aussi devoir drastiquement tailler dans leurs comptes. En revanche, le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche et celui alloué à l'aide publique au développement devraient être épargnés, indiquent Les Echos.

Les budgets communication revus à la baisse

Enfin, des mesures décidées par Bercy vont toucher tous les ministères. Ils devront notamment faire un effort particulier sur leurs budgets de communication qui ont explosés ces cinq dernières années. De 240 millions d'euros, ces dépenses devront passer à 200 millions, soit 15% de réduction.

Si les grandes lignes sont déjà fixées, des négociations de dernière minute sont encore possibles. Tout le week-end, six conseillers du ministère des Finances seront mobilisés à Bercy pour discuter avec chaque ministère.