Bourget : Solar Impulse réussit son envol

  • A
  • A
Bourget : Solar Impulse réussit son envol
Solar Impulse a effectué dimanche matin son premier et unique vol du salon du Bourget.@ MAX PPP
Partagez sur :

L'avion aux cellules photovoltaïques a effectué dimanche son unique vol du salon du Bourget.

L'avion solaire expérimental Solar Impulse a effectué dimanche matin son premier et unique vol du salon du Bourget. L'avion a décollé peu après 10h pour un vol d'une vingtaine de minutes, au dernier jour du plus grand salon aéronautique du monde, dont il était l'invité d'honneur.

Cette libellule géante, de l'envergure d'un Airbus mais du poids d'une berline, est incapable de quitter le sol si le vent sur le tarmac est supérieur à 12 kilomètres/heure. En raison d'une mauvaise météo depuis l'ouverture du salon, lundi, l'avion suisse n'avait donc pas pu voler jusqu'ici. Markus Scherdel, le premier à avoir piloté ce prototype, était aux manettes dimanche.

Des ailes recouvertes de 12.000 cellules photovoltaïques

Dans le quartier général de Solar Impulse, la tension était à son paroxysme, notamment lors de l'atterrissage. L'avion, très sensible aux mouvements de l'air compte tenu de son poids plume, vacillait à son retour sur le tarmac du Bourget. Mais il est parvenu à se poser sans problème, sous le regard bienveillant du navigateur français Olivier de Kersauson.

Ses ailes, recouvertes de 12.000 cellules photovoltaïques, alimentent quatre moteurs électriques d'une puissance de 10 chevaux chacun. Ce projet prouve que l'"on peut utiliser ce type de technologie dans notre vie de tous les jours", a expliqué Bertrand Piccard, l'un des deux concepteurs de ce projet.

Un second prototype

Bertrand Piccard, psychiatre et aéronaute suisse, est issu d'une famille d'explorateurs célèbres. Il est connu pour avoir fait le tour du monde en montgolfière. Le Solar Impulse pourrait tenter de quitter le Bourget en milieu de semaine prochaine, si la météo le permet, selon une porte-parole. Pour venir au salon du Bourget, il avait dû s'y reprendre à deux fois, en raison d'un ciel capricieux.

Le prochain objectif du projet, évalué à 100 millions de francs suisses, soit 75 millions d'euros, est la construction d'un second prototype, pour un survol de l'Atlantique à partir de 2013. Le tour de la planète en cinq étapes, but final de l'équipe basée à Dübendorf (Suisse), est espéré vers 2013 ou 2014.