Beulin : "nous sommes européens"

  • A
  • A
Beulin : "nous sommes européens"
Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a appelé la population française à voter dimanche prochain.@ EUROPE 1
Partagez sur :

Le président de la FNSEA a donné pour consigne d'aller voter lors de la présidentielle.

Xavier Beulin a lancé "un appel à voter dimanche prochain et dans les quinze jours qui suivront" lors du Grand Rendez-vous Europe 1 / Le Parisien-Aujourd'hui en France / i-Télé dimanche. Le président du principal syndicat agricole a assuré qu'il s'agissait d'abord "d'exprimer une ambition, ce qu'est l'agriculture française et ce que sont nos territoires ruraux".

Les agriculteurs ont "un esprit citoyen plus prononcé"

"Au-delà de ça, c'est aussi pour nous un moyen de dire que de parler de l'agriculture uniquement à travers des problèmes, des sécheresses, c'est réducteur. Je crois que la grande chance de la France, c'est justement d'avoir un pôle d'excellence : l'agriculture", a lancé le patron de la FNSEA. Et d'insister sur l'aspect citoyen du monde agricole : "sur les dix dernières années, les agriculteurs ont voté à vingt points de plus que la moyenne nationale. C'est dire que nous avons donc un esprit citoyen plus prononcé que la moyenne française".

Pour autant, Xavier Beulin n'a pas appelé à voter pour un candidat en particulier. "Il appartient à chacun de se positionner. Je crois qu'il y a des fondamentaux : nous sommes Européens. Les agriculteurs sont très reconnaissants de ce que l'Europe a permis d'apporter à l'agriculture française", a-t-il jugé. Il a d'ailleurs critiqué les positions de certains candidats qui misent sur le "produire français". "Quand on est paysan et qu'on est, comme moi, convaincu d'Europe, je crois que ce débat sur le 'produire français' et le "consommer français", ça résonne quand même un peu bizarrement dans ma tête", a-t-il expliqué.

"Les extrêmes, ça n'est pas notre logique"

Et de préciser : "il y a une population agricole qui est beaucoup plus mixée qu'on ne le dit. Ça reflète sans doute un peu plus les grandes tendances nationales. Je pense qu'en tout cas les extrêmes aujourd'hui à l'évidence, ça n'est pas notre logique".

Enfin, le président de la FNSEA est revenu sur le débat qu'il a organisé avec les candidats à la présidentielle le 29 mars dernier, lors du congrès du syndicat. Sept candidats avaient répondu présents. Dimanche, il a dit "regretter" que Jean-Luc Mélenchon n'ait pu être présent. Et il a insisté sur "le côté républicain, au moins pour six d'entre eux", excluant ainsi à demi-mot la candidate frontiste, Marine Le Pen.