Bettencourt : une comptable en garde à vue

  • A
  • A
Bettencourt : une comptable en garde à vue
@ MAXPPP
Partagez sur :

Licenciée il y a quelques mois, elle serait accusée d’avoir dérobé des documents.

Une ancienne comptable de Liliane Bettencourt a été placée en garde-à-vue vendredi après-midi dans les locaux de la police judiciaire de Paris, d’après les informations recueillies par Europe 1. Cette ex-employée, licenciée il y a quelques mois, serait accusée par les proches de l’héritière de L’Oréal d’avoir dérobé des documents comptables avant son départ.

Elle s’avère être l’épouse de l’informaticien de Liliane Bettencourt également en garde-à-vue pour avoir copié sur des CD les enregistrements pirates effectués par le maître d’hôtel de la milliardaire. Ce dernier, qui avait aussi été placé en garde à vue, a été remis en liberté vendredi après-midi. D’après les informations d’Europe 1, deux perquisitions sont en cours, l’une au domicile du couple et l’autre dans leur résidence secondaire en Normandie.

Le maître d'hôtel assume

Le maître d'hôtel soupçonné d'avoir enregistré clandestinement des conversations entre Liliane Bettencourt et ses proches "ne se considère pas comme un espion" et "assume ses actes", a déclaré vendredi son avocat, Me Antoine Gillot, sur RTL. L'ex-employé de Liliane Bettencourt est sorti "fatigué" mais "soulagé" de sa garde à vue, a ajouté Me Gillot.

"En aucune façon, comme j'ai pu le lire, mon client n'a souhaité piéger Mme Bettencourt. En aucune manière il n'a souhaité lui nuire, bien au contraire, parce que je pense que ce que révèlent ces enregistrements montre qu'en réalité dans cette affaire il y a une victime importante, c'est Mme Bettencourt", ajoute Me Gillot.

Bettencourt porte plainte

De son côté, la milliardaire Liliane Bettencourt a porté plainte vendredi pour "atteinte à la vie privée" après la révélation des enregistrements clandestins. Selon le parquet de Nanterre, une plainte similaire a été déposée vendredi par l'artiste François-Marie Banier.

Il est poursuivi pour "abus de faiblesse" de la milliardaire. Son procès s'ouvre début juillet devant le tribunal correctionnel de Nanterre, face à Françoise Bettencourt-Meyers, fille unique de l'héritière de L'Oréal.

Que révèlent ces écoutes ?

Les enregistrements ont été remis d’abord à la fille de Liliane Bettencourt, Françoise Bettencourt-Meyers, qui a engagé une procédure pour "abus de faiblesse" contre l’ami de sa mère François-Marie Banier, soupçonné de lui avoir soutiré un milliard d’euros de dons. Ces bandes sont désormais entre les mains de la police.

Mais à quinze jours du procès de François-Marie Banier, ces 21 heures d’écoutes au total pourraient peser lourd. La santé mentale de Liliane Bettencourt sera en effet un des éléments clés des débats alors que la milliardaire a toujours refusé de se soumettre à une expertise médicale.

Quel lien entre Bettencourt et Woerth ?

Selon les éléments révélés par le site Mediapart, ces enregistrements contiennent notamment une conversation entre Liliane Bettencourt et un notaire. L’héritière de L’Oréal, âgée de 87 ans, dit ne pas se souvenir que François-Marie Banier se trouve sur son testament. Dans une autre discussion, un homme de confiance se montre très désireux de se voir offrir un bateau.

Ces documents, qui mettent en lumière la fragilité psychologique de Liliane Bettencourt, montrent aussi des opérations financières destinées à échapper au fisc, des immixtions de l'Elysée dans la procédure judiciaire, ainsi que les liens entre la milliardaire et le ministre du Travail, Eric Woerth, et son épouse.

L'Elysée suit l'affaire de près

Dans les conversations enregistrées entre Liliane Bettencourt et son gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre, on entend le 21 juillet 2009 ce dernier évoquer une rencontre avec Patrick Ouart, "le conseiller juridique, à l'Elysée, que je vois régulièrement pour vous", dit-il. Une autre conversation aborde la question d'un soutien financier à des personnalités de la majorité, dont la candidate UMP pour les régionales en Ile-de-France Valérie Pécresse.

Le maître d’hôtel aurait voulu se venger du traitement réservé à plusieurs de ses collègues, dont les témoignages dans l'enquête sur François-Marie Banier, parvenus à la connaissance de l'entourage de la milliardaire, auraient déplu et causé leur limogeage.

Un procédé "répugnant"

Me Kiejman, l’avocat de Liliane Bettencourt, a dénoncé un procédé "répugnant". "Je reste persuadé que c'est la fille de madame Bettencourt qui a organisé tout ça. On est dans un complot d'espionnage", a-t-il déclaré.