Bettencourt : un mystérieux chèque

  • A
  • A
Bettencourt : un mystérieux chèque
@ MARIANNE
Partagez sur :

Un autre retrait de 100.000 euros a été mis au jour, sans qu’on en connaisse l’utilisation.

Le retrait d’importantes sommes d’argent quelques mois avant l’élection présidentielle a déjà été mis à jour, mais la générosité des Bettencourt ne semble pas s’être arrêtée là. Un autre retrait de 100.000 euros vient en effet d’être révélé par l’hebdomadaire Marianne, sans qu’on en connaisse le bénéficiaire ou l’utilisation.

Selon l’hebdomadaire, qui publie la copie de ce chèque de banque de 100.000 euros libellé à l'ordre de Liliane Bettencourt et le fac-similé d'une autorisation délivrée par la milliardaire à sa comptable, la somme a été remise "en mains propres" à l’héritière par son ex-employée, Claire Thibout.

La piste des 150.000 euros remis à l’UMP relancée ?

A la différence des différents retraits que la comptable a assuré avoir effectué pour sa patronne à la BNP Paribas durant plusieurs années, cette sortie d'argent n'a pas été consignée dans les carnets de caisse dans lesquels la comptable notait ses mouvements financiers.

"A qui ces 100.000 euros étaient-ils destinés, à quatre mois seulement du premier tour de l'élection présidentielle? Pourquoi cette somme ne figure-t-elle pas dans les carnets de Mme Bettencourt, contrairement à tous les autres retraits en liquide effectués au guichet de la BNP?", s'interroge ainsi l’hebdomadaire Marianne.

Ce mystérieux retrait d’argent renforce les déclarations de l’ex-comptable de la milliardaire. Claire Thibout a en effet assuré dans un entretien au site Mediapart que le ministre du Travail Eric Woerth, trésorier de l'UMP, avait reçu 150.000 euros en espèces au printemps 2007 pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Plusieurs protagonistes de cette affaire, dont François-Marie Banier et Patrice de Maistre, sont actuellement en garde à vue, mais uniquement pour le volet "évasion fiscale". Les accusations de financement illégal de partis politiques doivent faire l’objet d’une autre enquête.

Vous avez du mal à suivre ? Europe1.fr vous résume les épisodes de l’affaire