Bettencourt : trois dépaysements en vue

  • A
  • A
Bettencourt : trois dépaysements en vue
Tout ou partie de l'affaire Bettencourt devrait quitter la juridiction du tribunal de Nanterre.@ MAXPPP
Partagez sur :

INFO E1 - Le procureur de Versailles transmettra vendredi sa demande à la Cour de Cassation.

Le dépaysement de l’essentiel de l’affaire Bettencourt se précise. Selon les informations d’Europe 1, le procureur général de Versailles Philippe Ingall-Montagnier transmettra officiellement vendredi tous les dossiers du tribunal correctionnel de Nanterre à la Cour de cassation. La juridiction aura ensuite huit jours pour décider si tout ou partie de l’affaire Bettencourt est renvoyé dans un autre tribunal.

En attendant, le procureur général soigne ses motivations pour justifier ce dépaysement. Un travail méticuleux qui sera prêt vendredi, après un ultime visa de la Chancellerie.

Les enquêtes Courroye dépaysées ?

Toujours selon des informations d’Europe 1, Philippe Ingall-Montagnier devrait transmettre trois demandes de dépaysement à la plus haute juridiction administrative. Une demande pour les trois enquêtes que menait le procureur Philippe Courroye (dont celle qui vise le ministre du Travail Eric Woerth), une autre pour l'affaire de la fuite présumée en direction de la presse, et enfin une demande pour l’affaire Banier, concernant le volet « abus de faiblesse ».

Décision vers le 17 novembre

Liliane Bettencourt, sa fille Françoise Bettencourt-Meyers et le photographe François-Marie Banier disposeront ensuite de 8 à 10 jours pour faire leurs observations écrites. La demande de dépaysement sera donc étudiée à compter du 17 novembre par la Cour de cassation.

Tout ou partie de la tentaculaire affaire Bettencourt devrait donc atterrir dans un autre tribunal. Il est question de l'envoyer dans un pôle financier.

La contre-attaque de Metzner

L'avocat de Françoise Bettencourt-Meyers, Me Olivier Metzner, a annoncé mercredi avoir déposé une citation directe devant la 15e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre visant à faire comparaître pour abus de faiblesse l'artiste François-Marie Banier, aux côtés de Patrice de Maistre, gestionnaire de la fortune de l'héritière de l'Oréal, et de Fabrice Goguel, ex-avocat fiscaliste de la milliardaire.

Cette procédure viendrait donc perturber le souhait du procureur général de Versailles de sortir la totalité du dossier Bettencourt du tribunal de Nanterre. La juge Isabelle Prévost-Desprez, en voie d'être écartée de l’affaire, sera saisie le 25 novembre de cette procédure.