Bettencourt : questions autour d'une petite phrase

  • A
  • A
Bettencourt : questions autour d'une petite phrase
Les propos d'Isabelle Prévost-Desprez soulèvent plusieurs interrogations sur l'affaire Bettencourt.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les propos d'Isabelle Prévost-Desprez soulèvent plusieurs interrogations sur l'affaire Bettencourt.

La publication d'une petite phrase de l'ancienne juge d'instruction Isabelle Prévost-Desprez mercredi - "L'infirmière de Liliane Bettencourt a confié à ma greffière, après son audition par moi : 'J'ai vu des remises d'espèces à Sarkozy, mais je ne pouvais pas le dire sur le procès verbal'- a relancé l'intérêt pour la saga judiciaire autour de l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt. Mais la magistrate est aussi désormais au coeur d'une polémique sur le caractère opportun de ces déclarations. Europe1.fr fait le point.

Les déclarations de la magistrate peuvent-elles faire avancer l'enquête ?

C'est peu probable, selon une source judiciaire extérieure au dossier. Les propos rapportés par Isabelle Prévost-Desprez ont été tenus par l'infirmière de Liliane Bettencourt devant la greffière de la juge, hors procès-verbal. Ils n'ont donc été consignés nulle part. Pour les spécialistes, il s'agit "d'éléments indirects et flous".

Par ailleurs, il ne s'agit pas d'éléments nouveaux. Ces allégations de remises d'espèces à des personnalités politiques par les Bettencourt étaient déjà connues. L'ancienne comptable de la famille, Claire Thibout, en a notamment fait état à plusieurs reprises.

La juge Isabelle Prévost-Desprez peut-elle être inquiétée ?

Les trois magistrats, qui instruisent le dossier Bettencourt depuis fin 2010 à Bordeaux, devraient prochainement convoquer l'ancienne infirmière pour l'interroger sur les propos qui lui sont attribués. Selon les informations obtenues par Europe 1, les magistrats sont actuellement en train d'étudier ces passages du livre pour les verser au dossier. Ils devraient ensuite interroger l'infirmière mais aussi la greffière et l'ancienne juge d'instruction, dans des délais qui n'ont pas été précisés. Le juges ont tout à fait la possibilité d'entendre Isabelle Prévost-Desprez comme témoin. "Même si elle a été saisie de l'affaire dans le passé, rien ne s'y oppose. C'est comme lorsqu'un magistrat ayant enquêté sur une affaire est entendu au procès du dossier", explique un magistrat.

Le ministère de la Justice a par ailleurs la possibilité techniquement d'ordonner une enquête administrative ou des poursuites disciplinaires contre Isabelle Prévost-Desprez, s'il juge que ces déclarations sont susceptibles de constituer une atteinte à son devoir de réserve et au secret professionnel. Une telle procédure donnerait l'occasion à la magistrate, très amère d'avoir été dessaisie du dossier en 2010, d'exprimer à nouveau ses accusations sur les pressions politiques dont elle se dit victime.

Où en est l'affaire Bettencourt ?

Le volet politique est toujours suspendu à la décision de la Cour de cassation à propos des enregistrement clandestins réalisés par le majordome de la milliardaire. S'ils sont validés, les juges pourront reprendre leur enquête sur les accusations de financement illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 et celles de "trafic d'influence et financement illégal de campagne électorale" contre Eric Woerth.

Dans le volet familial, les poursuites pour abus de faiblesse contre François-Marie Banier ont été définitivement abandonnées après la signature d'un accord avec le photographe en décembre dernier. La mère et la fille Bettencourt ont elles repris leurs hostilités, après une courte trève, à propos de la mise sous tutelle de la milliardaire octogénaire.

Enfin, le dernier volet de l'affaire, l'information judiciaire pour violation du secret professionnel ouverte à la demande de la juge Prévost-Desprez contre Philippe Courroye, est clos. Le procureur de Nanterre avait fait examiner par la police des factures détaillées de téléphones de journalistes afin de tenter de mettre au jour les supposées relations de la magistrate avec la presse. Ses investigations ont été annulées en mai dernier.