Bettencourt pourrait être mise sous tutelle

  • A
  • A
Bettencourt pourrait être mise sous tutelle
La justice veint de considérer que la demande de mise sous tutelle de Liliane Bettencourt est "recevable". De nouveaux examens médicaux vont avoir lieu.@ MAXPPP
Partagez sur :

La juge des tutelles a jugé mercredi la demande de mise sous protection "recevable".

La milliardaire Liliane Bettencourt pourrait bien être mise sous tutelle. La juge des tutelles de Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine, a jugé mercredi que la demande de mise sous protection de l'héritière du groupe L'Oréal était "recevable". La magistrate n'a en revanche pris aucune disposition contraignante, a précisé l'avocat de la milliardaire, Pascal Wilhelm.

Malgré un avis négatif du parquet de Nanterre, la magistrate a estimé que la troisième demande de mise sous tutelle formulée par la fille de l'héritière de L'Oréal, Françoise Bettencourt-Meyers, méritait d'être examinée. Deux précédentes demandes avaient déjà été repoussées par le procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye, en raison de l'absence d'expertise médicale.

Pour sa troisième demande, Françoise Bettencourt-Meyers avait joint un certificat médical de carence constatant que la milliardaire, âgée de 88 ans, refusait toujours de se soumettre à un examen.

Un expert médical va trancher

Toutefois, la juge des tutelles a estimé dans sa décision "qu'en l'état aucun élément du dossier ne démontre la nécessité de placer Mme Bettencourt sous sauvegarde de la justice, de suspendre le mandat confié à Patrice de Maistre (son gestionnaire de fortune, ndlr) et de désigner un mandataire spécial".

La juge des tutelles va donc engager une procédure d'instruction de cette demande et nommer un expert médical chargé de dresser un bilan de santé de Liliane Bettencourt, si elle accepte de s'y soumettre.

Tous les dossiers bientôt dépaysés ?

Le parquet général a par ailleurs recommandé mercredi à la Cour de cassation de transférer l'ensemble des affaires Woerth-Bettencourt au tribunal de grande instance de Paris. Un dépaysement jugé nécessaire afin de retrouver la "sérénité" nécessaire à l'exercice de la justice.

Pour l'avocat général Christian Raysséguier, le Tribunal de grande Instance de Nanterre, où sont actuellement traités les principaux volets du dossier Woerth-Bettencourt, ne "paraît plus aujourd'hui pouvoir" garantir l'image d'une justice "indépendante" et "sereine". Les mises en cause, fondées ou non, des magistrats du tribunal de Nanterre chargés d'enquêter sur cette affaire - le procureur de la République Philippe Courroye et la juge Isabelle Prévost-Desprez - "affectent inéluctablement, par leur répétition, l'image d'une justice qui se doit d'être perçue (...) comme indépendante, impartiale, objective et sereine", selon lui.

>>> Vous avez raté un épisode de l'affaire Bettencourt ? Retrouvez la chronologie d'Europe1.fr