Bettencourt : le procès de Banier renvoyé

  • A
  • A
Bettencourt : le procès de Banier renvoyé
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le tribunal de Nanterre a aussi décidé de demander une nouvelle enquête sur les écoutes pirates.

Quelques heures d’audience et puis s’en va. Dans l’affaire Bettencourt, le tribunal de Nanterre a décidé de renvoyer le procès de François-Marie Banier, l'ami de Liliane Bettencourt jugé pour abus de faiblesse. Un renvoi que demandaient l’avocat du prévenu, qui dénonçait un débat "nauséabond" et le parquet.

Au passage, la justice a ordonné un supplément d’information, c’est-à-dire une nouvelle enquête sur les enregistrements pirates révélés il y a quelques jours par la presse. Ces écoutes, captées par un maître d'hôtel au domicile de la milliardaire Liliane Bettencourt, ont fait l'effet d'une bombe, transformant ce dossier familial en affaire d'Etat, impliquant notamment le ministre Eric Woerth.

Bataille de procédure en vue

Mais le parquet a immédiatement fait appel de ce supplément d'information. Qui revient en fait à créer deux enquêtes parallèles : celle de la magistrate indépendante, Isabelle Prévost-Desprez, s'ajoutant à celle déjà en cours lancée par le parquet de Nanterre, dirigé par Philippe Courroye, un procureur en conflit notoire avec la juge. La cour d'appel de Versailles tranchera.

Sur quoi peuvent déboucher ces nouvelles investigations si elles sont menées ? "Il ne faut rien attendre du supplément d'information", a assuré Me Kiejman, l'avocat de Liliane Bettencourt. Me Metzner, l'avocat de Françoise Bettencourt-Meyers, s'est dit au contraire "absolument ravi" de la procédure.

Une audience électrique

A l'audience jeudi, le ton était déjà monté entre les avocats de ce dossier, des stars du barreau, Me Metzner lançant à Me Kiejman, l'avocat de Liliane Bettencourt : "qu'il ne me cherche pas personnellement car mon revers du gauche est connu", rapporte Le Nouvel Observateur, via Twitter. La présidente du tribunal a dû précise qu'elle "n'avait pas prévu d'infirmerie".

Liliane Bettencourt, comme sa fille Françoise Bettencourt-Meyers, n'étaient pas présentes au tribunal, représentées par leurs seuls avocats. Costume sombre, François-Marie Banier, lui, n'a pas dit un mot à son arrivée ou lors de l'audience, se contentant de dessiner. La date d'un éventuel nouveau procès dépendra de l'avancée des éventuelles investigations.