Bettencourt : l’enquête peut commencer

  • A
  • A
Bettencourt : l’enquête peut commencer
@ MAXPPP
Partagez sur :

En rejetant la requête du juge Courroye, la cour d’appel de Versailles a lancé les investigations.

La juge Isabelle Prévost-Desprez a désormais les mains libres. La magistrate indépendante va pouvoir enquêter immédiatement sur les faits d'abus de faiblesse au détriment de Liliane Bettencourt, suggérés dans les enregistrements pirates réalisés par l’ancien maître d’hôtel de la femme la plus riche de France.

C’est une décision de la cour d’appel de Versailles, qui a rejeté mardi une requête du parquet de Nanterre, qui permet ce nouvel état de fait. Le procureur de Nanterre Philippe Courroye, qui lui n’est pas indépendant, avait interjeté en urgence appel contre le supplément d'information ordonné le 1er juillet par le tribunal correctionnel dans le procès visant les dons de la milliardaire au photographe François-Marie Banier.

"Ravi que la justice puisse investiguer"

Olivier Metzner, l'avocat de Françoise Meyers-Bettencourt, fille de la milliardaire et plaignante dans cette affaire, s'est dit "ravi que la justice puisse librement investiguer et qu'enfin la vérité puisse se faire. (…) Les obstacles mis par le parquet sont mis à néant", a-t-il déclaré à l'AFP, estimant que cette requête était "parfaitement irrecevable" car adressée, non pas au président de la chambre correctionnelle mais directement à la cour d'appel.

Isabelle Prévost-Desprez, rivale assumée de Philippe Courroye, qu'elle accuse d'agir sous l'influence de l'Elysée, a donc désormais a tout pouvoir pour enquêter. Elle pourra par exemple examiner les comptes bancaires de Liliane Bettencourt, mais ne pourra retenir que les faits relatifs à "l'abus de faiblesse" imputé à François-Marie Banier, 63 ans, qui a reçu un milliard d'euros de dons de Liliane Bettencourt entre 2002 et 2007.

Banier dédouane Sarkozy et Woerth

La magistrate ne pourra donc pas enquêter sur le volet politique de cette affaire. Les noms d’Eric Woerth, de son épouse Florence, mais aussi celui de Nicolas Sarkozy, sont apparus dans cette affaire tentaculaire. Trois enquêtes sont ouvertes. La première vise les enregistrements clandestins de Liliane Bettencourt pour "violation de la vie privée", la seconde vise une allégation de financement en espèces de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 et la troisième l'éventuelle fraude fiscale et les conflits d'intérêts présumés du couple Woerth.

Dans un entretien accordé à l’Express, François-Marie Banier assure que la milliardaire ne lui a "jamais parlé" de Nicolas Sarkozy et d’Eric Woerth et qu'il ne l'a jamais vue "avec une liasse ou une enveloppe à la main".