Berck-sur-Mer : Adélaïde était un enfant "fantôme"

  • A
  • A
Berck-sur-Mer : Adélaïde était un enfant "fantôme"
@ DR
Partagez sur :

RECIT - Fabienne Kabou, qui a accouché chez elle, n'avait pas déclaré sa fille à l'état civil.

Adélaïde était un enfant fantôme. La fillette de 15 mois, retrouvée morte le 20 novembre sur la plage de Berck-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, était en effet inconnue de l'administration. La mère d'Adelaïde, Fabienne Kabou, qui a reconnu les faits, a accouché chez elle, à Saint-Mandé, dans le Val-de-Marne. Et après l'accouchement, la mère, âgée de 36 ans, n'a pas déclaré sa fille à l'état civil. Ainsi, aucune trace d'Adélaïde ne figure sur les fichiers de la Caisse nationale d'allocations familiales et de la Sécurité sociale.

Une existence cachée. Adélaïde est née le 9 août 2012. Et depuis cette date, ses parents ont toujours tenté de cacher son existence. Peu après l'arrestation, certains voisins confiaient d'ailleurs n'avoir jamais croisé d'enfant en compagnie de la mère de famille. La fille aînée de son compagnon (le père de l'enfant) a pour sa part déclaré qu'elle n'en avait appris l'existence que par la médiatisation de l'affaire.

La mère reconnaît les faits.Lors de sa garde à vue, Fabienne Kabou a expliqué avoir abandonné sa fille sur la plage de Berck-sur-Mer, afin "de la soustraite à un avenir sombre". La mère, sans ressources et étudiante en philosophie, a invoqué une "incompatibilité" de sa maternité avec sa "vie de couple".

02.12 berck.jpg

Des propos étayés par son avocate, Me Roy-Nansion. "Il faut essayer de prendre un peu de recul et de concevoir que c'est quelqu'un qui est dans une logique qui n'est pas du tout la nôtre, parce que cette logique a abouti à faire mourir une petite fille dans des conditions absolument incroyables", a expliqué Me Roy-Nansion, qui précise que sa cliente "s'est exprimée complètement sur son acte", qu'elle estime elle-même "indéfendable".

>> A lire - Berck-sur-Mer : la mère n'y arrivait plus

"Ce n'est pas de la froideur". "Non seulement, on sent une logique parallèle à la nôtre mais en plus, c'est une femme qui est remarquablement intelligente. Elle est très bien élevée, elle a un langage extrêmement châtié. J'ai été frappée au premier coup d'œil par le calme dans lequel elle était", détaille l'avocate. Me Roy-Nansion assure toutefois que ce calme ne reflétait en rien une absence d'émotion."Ce n'est pas de la froideur parce que quand elle parle de sa fille, les larmes lui montent. Elle me dit qu'elle l'a profondément aimée. Je crois qu'elle a euthanasié cette enfant et qu'en l'euthanasiant, elle s'est euthanasiée aussi", estime l'avocate.

>> A lire - Le "calme absolu" de la mère

L'avocate de Fabienne Kabou Me Roy-Nansion

© Max PPP

Quelle influence du père ? Un avis partagé par Serge Bornstein, expert national en psychiatrie. "Le côté spectaculaire avec lequel elle a procédé laisse entendre quelque part qu'il y a une culpabilité", estime-t-il. Selon lui, cette inexistence légale n'est qu'un élément parmi d'autres et ne dit rien sur le psychisme de la mère.

Un autre expert, qui a souhaité garder l'anonymat, souligne qu'il y a de nombreuses femmes qui ne souhaitent pas d'enfant ou ont des enfants seule, un compagnon absent. Concernant, Fabienne, la jeune femme vit avec un sculpteur depuis 12 ans. Un homme beaucoup plus âgé qu'elle et qui n'a pas désiré l'enfant et ne l'a d'ailleurs pas reconnue après sa naissance.

02.12-domicile.berck

Les expertises psychologiques se poursuivent. Fabienne Kabou a été mise en examen pour "assassinat sur mineur de moins de 15 ans par ascendant". Elle a été écrouée samedi à la maison d'arrêt de Sequedin, après avoir avoué être venue à Berck pour "mettre fin aux jours" de son enfant. Reste maintenant à comprendre les raisons de ce geste. Les expertises et l'enquête devront ainsi déterminer ce qui a poussé la mère à passer à l'acte.

&&&, sur le même sujet

L'INFO - La police face au mystère de la fillette de Berck

EXCLU - Le "calme absolu" de la mère

ENQUETE - Comment la vidéosurveillance aide les enquêteurs