Bataille de manifs contre le mariage gay

  • A
  • A
Bataille de manifs contre le mariage gay
Les opposants au mariage gay se donnent rendez-vous ce week-end pour défiler@ MAXPPP
Partagez sur :

Les intégristes appellent à ne pas rejoindre le défilé de la "catho branchée" Frigide Barjot.

Le ton monte entre les organisateurs des deux manifestations contre le mariage gay prévues ce week-end. Samedi, c'est Frigide Barjot, humoriste et chroniqueuse mondaine, "catho branchée" revendiquée, qui mènera le défilé intitulé "la manif pour tous". Changement d'ambiance dimanche : ce sera au tour de l'institut Civitas, un lobby religieux bien plus radical, de manifester avec d'autres associations, y compris d'évêques, et notamment la paroisse Saint Nicolas du Chardonnet. Celle-ci rassemble entre autres des prêtres Lefebvristes, un courant religieux traditionaliste dont quatre évêques avaient été excommuniés par Jean-Paul II.

>> LIRE AUSSI : Que prévoit le "mariage pour tous" ?

Un combat mais deux manifestations

Deux manifestations différentes pour une même cause, cela aurait pu en rester là. Mais jeudi, les intégristes catholiques ont ouvert les hostilités : sur son site Internet, la paroisse Saint Nicolas du Chardonnay s'adresse "à tous ceux qui seraient tentés de rejoindre la manifestation du 17 novembre dont l'objectif est de détourner les catholiques de celle du 18 novembre", peut-on lire  en grandes lettres rouges.

La paroisse cite, pêle-mêle, quelques citations homophiles de Frigide Barjot qui ne plaisent pas à l'institut religieux : "Les homosexuels sont une richesse pour notre société", "je suis une fille à pé.és" ou encore "le 17 ce sera la manifestation laïque et républicaine". "Et vous voudriez soutenir la Barjot !", s'indigne Civitas.

15.11 Frigide Barjot

© Frigide Barjot/Canal+

Dress code anti "cliché catho"

Ça tombe bien, si les cathos ne veulent pas de Frigide Barjot, elle ne veut pas d'eux non plus. "Si j'agis, c'est pour montrer que des gens comme ça ne sont pas légitimes à porter ce débat", explique-t-elle à Europe1.fr. "Comme je ne peux pas aller manifester avec eux, j'organise mon propre défilé", s'amuse-t-elle.

La conférence de presse de Frigide Barjot :

Et pour encore mieux se démarquer, Frigide Barjot a même imposé un code vestimentaire pour veiller soigneusement à éviter les clichés catho : "pour Madame, cheveux lâchés négligemment chiffonnés,  soutiens-gorges pigeonnants, carrés Hermès et serre-tête prohibés. Pour Monsieur, barbe naissante obligatoire, raie sur le côté et pochettes Sulka oubliées. Chevalière autorisée uniquement en perfecto. Pour les enfants,  Cyrillus [marque de vêtements, ndlr] s'abstenir. Les ados comme d'habitude, avec des trous en plus dans le jean."

Ces détails permettront de défendre l'image d'un défilé qui se veut avant tout "citoyen", selon les termes de Frigide Barjot. "Il s'agit de proposer à tous, homos, hétéros, juifs, cathos, etc. de venir appeler à un grand débat national" sur le sujet, souligne-t-elle. De bonne guerre, elle a tout de même proposé aux manifestants du 18 de se joindre à son défilé la veille.