Banier et ses 710.000 euros de L'Oréal

  • A
  • A
Banier et ses 710.000 euros de L'Oréal
@ MAX PPP
Partagez sur :

Selon le Monde, la société du photographe est liée par un contrat à L'Oréal jusqu'en 2011.

On connaissait les liens existants entre Liliane Bettencourt et François-Marie Banier. Dans son édition de samedi, Le Monde évoque les relations du photographe avec la société l’Oréal.

Selon le Monde, le groupe de cosmétiques aurait conclu en 2001 une "convention de parrainage" et un "contrat de prestations" avec la société Héricy, société créée en 1996 par François-Marie Banier. Et à ce titre, l'ami de Liliane Bettencourt recevrait chaque année 710.000 euros par an de l’Oréal.

Echange de bons procédés

Le quotidien révèle que la société créée en 1996 par le photographe, du nom d'un village de Seine-et-Marne où il a situé l'histoire d'un des romans-, a également signé avec L'Oréal le 24 octobre 2001 une convention destinée à promouvoir l'oeuvre artistique du photographe et, de façon corollaire, "l'image de marque et la notoriété de L'Oréal". A ce titre, François-Marie Banier perçoit 305.000 euros par an, selon le quotidien qui précise qu'en retour, "le soutien de la multinationale doit être mentionné dans les livres et les expositions de l'artiste".

Une enquête préliminaire

Contacté par le Monde, l’avocat de François-Marie Banier, Me Laurent Merlet indique que le contrat avec L'Oréal est "parfaitement exécuté". "François-Marie Banier a fait ce qu'on lui demandait", assure l'avocat. Et de renvoyer aux photos qui prouvent la présence des dirigeants de L'Oréal aux vernissages de ses expositions. Du côté de l’Oréal, on reconnaît l'existence d'"une relation contractuelle, d'ailleurs publique, avec M. François-Marie Banier depuis une dizaine d'années et qui prend fin en 2011".

L’affaire a été découverte après qu’un actionnaire de L'Oréal a déposé le 5 juillet à Paris une plainte contre X - entraînant l'ouverture d'une enquête - qui visait un contrat de 405.000 euros par an signé en 2002 par L'Oréal et François-Marie Banier. Une soixantaine d'actionnaires ont ensuite rejoint la démarche de l’actionnaire. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, qui a été confiée aux policiers de la Brigade financière.

>> Vous avez raté un épisode de l’affaire ? Séance de rattrapage avec europe1.fr