Banier a-t-il des complices ?

  • A
  • A
Banier a-t-il des complices ?
@ MAX PPP
Partagez sur :

La fille de Liliane Bettencourt fait citer jeudi son gestionnaire de fortune et son ancien avocat.

Nouvel épisode dans l'affaire Bettencourt. La fille de l'héritière de L'Oréal fait citer devant le tribunal correctionnel de Nanterre le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, et son ancien avocat fiscaliste, Fabrice Goguel.

Françoise Meyers-Bettencourt déterminée

L'audience de jeudi après-midi est purement formelle. Elle vise à demander à la fille de Lilianne Bettencourt de payer une consignation avant d'étudier sa plainte lors d'une prochaine audience. Françoise Meyers-Bettencourt démontre ainsi sa détermination à prouver l'abus de faiblesse.

C'est à l'écoute des enregistrements pirates du majordome de la milliardaire que Françoise Meyers-Bettencourt en a eu la conviction. Si François-Marie Banier a abusé de la faiblesse de sa mère, il n'est pas le seul. Son avocat, Me Olivier Metzner, l'affirme : deux autres proches de Liliane Bettencourt ont couvert les agissements du photographe, notamment autour de la propriété de l'île d'Arros.

Un voilier de 21 mètres en cadeau

Selon lui, Patrice de Maistre et Fabrice Goguel "connaissaient l'état de fortune et les dépenses faites au profit de [François-Marie] Banier. C'est dire qu'ils savaient que madame Bettencourt était abusée, spoliée par monsieur Banier et qu'ils devront en répondre". "Monsieur de Maistre a lui-même abusé de cette faiblesse puisqu'il s'est fait remettre un voilier de 21 mètres, qui était pour lui un petit cadeau", ajoute-t-il.

C'est vraisemblablement à Bordeaux que les deux hommes devront s'expliquer si la procédure suit son cours. L'ensemble de l'affaire y est en effet désormais traitée. Mais pour le moment, tous les dossiers sont encore à Nanterre, avec pas moins de 300 scellés. Les magistrats réfléchissent donc au moyen le plus sûr, par la route ou par les airs, pour qu'ils arrivent à bon port.

>>> Vous avez raté un épisode de l’affaire ? Séance de rattrapage avec Europe1.fr