Bambi ne sera pas retiré à des retraités

  • A
  • A
Bambi ne sera pas retiré à des retraités
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un couple de Charente va conserver la femelle chevreuil, qu’il a adoptée en mars 2010.

Émilienne et Raymond Espiot sont soulagés. Ce couple de retraités n’est pas contraint de se séparer de la femelle chevreuil dont il s’occupe depuis un an et demi. La préfecture de Charente-Maritime leur a annoncé la bonne nouvelle jeudi.

Une dérogation sera en fait appliquée à ces anciens éleveurs laitiers, qui recevront prochainement un certificat de capacité. "Nous allons trouver une solution pour les mettre en conformité avec la réglementation", a indiqué Christian Le Coz, directeur de la Direction départementale des territoires et de la mer. "Si la chevrette a survécu pendant plus d'un an chez eux, c'est qu'ils s'en occupent bien", a-t-il fait remarquer.

Une espèce "dangereuse"

La femelle chevreuil, prénommée Bambi, devait être retirée au couple d’éleveurs laitiers à la retraite de Mirambeau et placée avant le 31 décembre. La raison ? La domestication d’un chevreuil est interdite et les autorités ont assuré que l’animal est une espèce "dangereuse".

L’histoire du couple avait suscité un certain émoi. Car Bambi avait été recueilli alors que l’animal sauvage était tombé dans un des pièges à renard que le retraité avait installé non loin de sa ferme. A l’époque, Raymond Espiot avait décidé de recueillir la femelle chevreuil, encore jeune, "dans l'intention de l'élever et la relâcher".

Bardot et Drucker mobilisés

Mais avec le temps, le couple s’est habitué à la présence de la chevrette. Elle, qui avait été élevée au biberon par le couple, qui dormait toutes les nuits sur une couverture dans la salle à manger et qui s’approchait de sa maîtresse à l’appel de son nom. Et c’est ainsi qu’ils ont souhaité la déclarer officiellement "pour demander le droit de détenir un animal sauvage de compagnie". Un droit qui leur avait été refusé.

Plusieurs associations de défense des animaux s'étaient alors mobilisées. Même des personnalités telles que Brigitte Bardot ou Michel Drucker ont apporté leur soutien au couple. "Bouleversés par l'histoire" des retraités, l'animateur de télévision et d'Europe 1 et sa femme avaient même proposé d'accueillir Bambi. Ce ne sera donc pas nécessaire.