Bac S : les trois suspects mis en examen

  • A
  • A
Bac S : les trois suspects mis en examen
Deux personnes sont entendues depuis jeudi après-midi, suspectées d'avoir obtenu et communiqué l'un des exercices de mathématiques du baccalauréat scientifique.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les trois hommes ont tous été laissés libres et l'un est placé sous contrôle judiciaire.

Les trois suspects dans l'affaire de la fuite d'un exercice de mathématique du bac S ont été mis en examen samedi après-midi pour fraudes aux examens, recel de violation de secret professionnel et recel d'abus de confiance. Ils ont tous été libérés. Seul l'un d'entre eux, le jeune homme soupçonné d'avoir pris la photo du sujet, a été placé sous contrôle judiciaire.

Les trois jeunes de 21 ans soupçonnés d’avoir divulgué l’exercice de probabilités de l’épreuve de maths du bac S avaient été déférés au parquet de Paris vendredi soir. Ils ont passé la nuit de vendredi à samedi au dépôt du Palais de Justice.

Le parquet de Paris a ouvert samedi matin une information judiciaire pour "fraude aux examens, violation du secret professionnel, vol, recel de vol et abus de confiance". Les suspects encourent une peine de trois ans de prison et 9.000 euros d'amende.

La détention provisoire "nullement justifiée"

Le parquet de Paris avait demandé leur placement en détention provisoire. Le parquet a précisé à Europe 1 avoir requis la détention dans l'intérêt de l'enquête, non dans un but politique : cette requête signifie que toutes les investigations n'ont pas abouti, et que la police n'a pas encore mis la main sur tous les auteurs de la fraude.

Pour Maître Olivier Morice, avocat du lycéen du Val d'Oise qui avait reconnu avoir photographié l'exercice, le placement en détention provisoire n'est"nullement justifié". "Notre client qui est présenté comme le cerveau n’a fait que photographier un sujet présenté comme possible sujet pouvant tomber, il n’avait pas la certitude d’avoir un sujet du bac", a-t-il argué sur Europe 1. Et de conclure : "on est davantage en présence d'un concours de circonstances".

Les policiers pensent désormais savoir comment un exercice du bac S s'est retrouvé sur le web avant l'épreuve. Quelques points restent cependant à éclaircir comme la façon dont le sujet à pu être photographié.

Enquête pour "fraude aux examens"

Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a déposé une plainte mercredi pour "fraude aux examens", ainsi que "recel et abus de confiance" après la divulgation sur Internet d'un exercice de l'épreuve de mathématiques du baccalauréat scientifique, passée mardi par 165.000 élèves, un événement rarissime dans sa nature et par son ampleur.

Luc Chatel a tenu "à féliciter les forces de l’ordre pour l’arrestation (...) et souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire, notamment concernant les conditions d’obtention de cet exercice", selon un communiqué diffusé très rapidement par le ministère de l'Education.

La fuite "avérée" porte sur l'exercice de probabilités qui compte pour 4 points sur 20, que le ministre a décidé d'exclure de la notation. La publication sur Internet d'une photographie de l'un des quatre exercices du sujet de mathématiques a en effet conduit le ministre de l'Education à "neutraliser" cette partie du sujet, afin d'éviter aux candidats de repasser l'épreuve.