Bac professionnel : l’appel des syndicats

  • A
  • A
Bac professionnel : l’appel des syndicats
@ DR
Partagez sur :

EXCLU - L’UNL dénonce la stigmatisation et le manque de moyens de la filière professionnelle.

Le premier syndicat de lycéens est en colère. L’UNL a lancé mercredi un appel pour dénoncer la stigmatisation et le manque de moyens accordés aux élèves de la filière professionnelle, révèle Europe 1. "Les lycéens de la voie professionnelle n’ont pas à être les laissés pour compte de l’Education !", peut-on lire dans ce texte signépar la CGT, la CFDT, la FSU, l'UNSA.

La plupart du temps, les élèves ont en effet du mal à trouver un stage ou encore à être payés. Quand ils appellent une entreprise, la réponse est presque toujours négative, s’ils ne se font pas tout simplement raccrocher au nez. Et quand ils finissent par avoir un retour positif, les lycéens sont souvent très déçus.

L’an dernier, Armelle et Marie-Victoire, en bac pro secrétariat, ont passé quatre semaines en entreprise. Elles n’ont pas touché un centime et n’ont quasiment rien appris. "Déjà, on nous demande de faire des choses que, eux, ne demanderaient pas à leur secrétaire. Il me faisait faire un boulot qui n’avait rien à voir avec la raison pour laquelle je faisais ce stage. Dans la cave, je devais balayer", raconte-t-elle.

"On travaille gratuitement" :

"Moi, par exemple, quand j’avais rien à faire, quand je partais voir la directrice pour lui dire que je n’avais pas de travail. Elle faisait la liste de tout ce qu’il manquait dans leur frigo et m’envoyait les acheter. J’allais faire des photocopies, je suis même partie chez le cordonnier", se souvient aussi l’une d’elles.

Dans son appel, l’UNL et Victor Colombani, à sa tête, demande clairement "30% du Smic dès le premier jour de stage", et la création de fichiers répertoriant les stages dans chaque académie, pour les 700.000 jeunes de la filière professionnelle.

"30% du Smic dès le premier jour" :

Des revendications qui sont portées à la connaissance du Conseil supérieur de l'éducation, dont l'UNL attend une réponse favorable dans les prochains jours, d'après l'interview d'une des responsables de l'UNL Yselyne Fourtic, dans L'Humanité. Un code du travail des lycéens professionnels est aussi en course de réalisation.