Aurore Martin prend le maquis

  • A
  • A
Aurore Martin prend le maquis
@ REUTERS
Partagez sur :

Menacée par un mandat d’arrêt européen, la militante basque a choisi la clandestinité.

Aurore Martin fera tout pour ne pas être transférée en Espagne. Mardi, la militante du parti indépendantiste basque Batasuna a fait savoir via une lettre publiée dans le Journal du pays Basque, qu’elle choisissait la clandestinité plutôt que de se soumettre à un mandat d'arrêt européen. "Je n'ai pas l'intention de me soumettre aux autorités espagnoles, ni de faciliter à la France l'exécution de mon mandat d'arrêt européen", écrit ainsi la jeune femme, âgée de 31 ans, qui va donc se soustraire à son contrôle judiciaire.

Aurore Martin n’a pas traîné, puisqu’elle a annoncé sa décision cinq jours après le rejet de son pourvoi en cassation, lui-même consécutif à une décision de la Cour d’appel de Pau, qui a validé le 23 novembre le mandat d'arrêt européen émis à son encontre par Madrid pour "participation à une organisation terroriste". L’Espagne reproche à la militante son appartenance à Batasuna, un parti autorisé en France mais interdit en Espagne pour ses liens présumés avec l'organisation indépendantiste armée ETA.

De nombreux soutiens

La jeune femme a reçu le soutien de nombreux partis, qui dénoncent une utilisation "politique" du mandat d'arrêt européen, soulignant qu'Aurore Martin n'est poursuivie par Madrid que pour sa participation à des réunions publiques et pour des écrits politiques. Un élu UMP, Marc Brisson, conseiller général des Pyrénées-Atlantiques, a même a rejoint les contestataires en s'élevant contre "l'extradition pour ses opinions politiques" de la militante basque.

C’est fort de ses soutiens qu’Aurore Martin a pris sa décision. "Je suis en Pays Basque, grâce à vous, grâce aux nombreux amis et soutiens qui m'ont accueillie et ouvert leurs portes. En Pays Basque, il y a une valeur qu'on ne nous enlèvera jamais, c'est celle de la solidarité", écrit-elle.

"La décision de transfert en Espagne est exécutoire, Aurore Martin sera inscrite au FPR (fichier des personnes recherchées, ndlr) et des recherches seront engagées dès lors qu'elle ne répondrait plus aux obligations du contrôle judiciaire auquel elle est soumise", a prévenu un magistrat de la cour d'appel de Pau sous couvert d'anonymat. "Aucun recours n'est plus possible contre la mise en exécution du mandat d'arrêt européen, défini dans le cadre des accords de Schengen."