Les collyres mydriatiques destinés à dilater la pupille lors d'examens ophtalmologiques doivent être utilisés avec une grande prudence chez les jeunes enfant  en raison d'un risque d'effets indésirables graves, a indiqué mercredi l'agence du médicament ANSM.

Dans un message d'alerte, l'ANSM souligne que les collyres mydriatiques font courir un risque de "toxicité systémique" chez les enfants. "Des cas graves d'effets indésirables, parfois mortels, ont été rapportés chez des enfants ayant reçu des collyres mydriatiques", relève l'ANSM, sans préciser combien de cas ont été recensés.

Les enfants de moins de 8 ans, précise l'agence, sont particulièrement sensibles aux effets de l'atropine utilisée dans plusieurs des collyres vendus en France, avec un risque de problèmes digestifs et de troubles neuropsychiatriques tels que convulsion, délire, agitation ainsi que de troubles de la régulation thermique. Le risque est accru lorsque plusieurs collyres sont associés.