Attention au téléphone au volant

  • A
  • A
Attention au téléphone au volant
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le portable en voiture est le nouveau cheval de bataille de la Sécurité routière.

Ce n'est pas vraiment un scoop mais plusieurs études viennent de montrer qu'utiliser son téléphone en conduisant multiplie les risques d'accident par trois. En cause, l'attitude que les conducteurs adoptent quand ils téléphonent ou tapotent sur leur clavier. Une sorte de pilotage automatique, extrêmement dangereuse.

Focalisé sur la route en oubliant les rétroviseurs

Selon les récentes études, impossible de tout faire à la fois. En utilisant un téléphone portable tout en étant au volant, les conducteurs ne se concentrent plus uniquement sur la route. Ils regardent droit devant eux, oubliant totalement les rétroviseurs ou les informations du tableau de bord, comme la vitesse.

Conséquence, le temps de réaction face à un événement imprévu s'allonge. Attention aussi aux discussions enflammées ! Plus la conversation est complexe et engage le conducteur, plus le temps de réaction augmente.

Vendeurs de téléphones et chauffeurs pensaient avoir trouvé la parade avec les kits main-libre, qui permettent de téléphoner sans tenir l'appareil à la main. Or il apparaît que la distraction du conducteurs est exactement la même que lorsqu'il tient l'appareil. Les risques sont donc identiques au moment de la conversation.

Les SMS encore plus dangereux

Plus inquiétant encore. Les experts ont découvert que de plus en plus d'automobilistes n'hésitaient plus à pianoter sur leur clavier de téléphone tout en conduisant, notamment les jeunes et les professionnels. Écrire un SMS, consulter ses mails ou naviguer sur Internet avec son smartphone demande encore plus d'attention et dans ce cas, le regard n'est même plus fixé sur la route.

Et pour Chantal Perrichon, présidente nationale de la ligue contre la violence routière, l'argument selon lequel, une discussion avec un passager mobilise également l'attention ne tient pas. "Quand on discute avec quelqu'un qui partage la route avec vous, il se tait lorsqu'il y a un danger ou qu'un automobiliste fait une mauvaise manœuvre. Alors que celui qui est au téléphone continuera à vous poser des questions et à mobiliser votre vigilance", a-t-elle indiqué vendredi sur Europe 1.

Selon elle, il faut aller encore plus loin : "pourquoi ne pas interdire les GPS, qui sont aussi dangereux parce que quand on regarde son GPS, on ne regarde pas la route", a demandé Chantal Perrichon.