Les deux associations de responsables de copropriétés ont demandé une nouvelle fois jeudi à la ministre du Logement Cécile Duflot de repousser la date limite de la deuxième tranche des travaux de mise en sécurité des ascenseurs, actuellement fixée à juillet 2013. "40% des ascenseurs ne seront pas mis en conformité au 2 juillet 2013 - fin de la deuxième période de la loi SAE (Sécurité des ascenseurs existants)- soit 115.000 appareils sur les 290.000 concernés", affirment ces deux associations dans une lettre à la ministre rendue publique.

L'Arc (Association des responsables de copropriété) et l'Union nationale des responsables de copropriété (Unarc) affirment "que l'absence de prolongation des délais entraînerait des effets extrêmement négatifs voire dangereux : le chantage à la mise à l'arrêt des ascenseurs, les devis hors de prix, l'absence de concurrence, l'appel à une sous-traitance insuffisamment qualifiée, la dégradation à terme de la maintenance".

Pour la première fois publiquement, la Fédération des ascenseurs (FA) se montre de son côté ouverte à un report de quelques mois de la deuxième tranche. Dans une déclaration transmise à l'AFP, la FA "tient à préciser qu'elle n'est pas défavorable à un report de quelques mois de la 2e tranche. Six à neuf mois seraient en effet suffisants au traitement des 60.000 appareils nécessitant des travaux d'une certaine importance parmi les 115.000 concernés".

Après la limitation de la vitesse de descente et la sécurité des portes en 2010, l'échéance de juillet 2013 porte notamment sur les dispositifs de téléalarme, la précision d'arrêt de l'ascenseur et la protection contre les risques électriques. Une troisième tranche plus réduite de travaux est encore prévue avant la mi-2018.