Arrêté avec 2 millions dans sa valise

  • A
  • A
Arrêté avec 2 millions dans sa valise
Le suspect a été arrêté dans le train par les douaniers de Bâle-Mulhouse.@ REUTERS
Partagez sur :

Un Espagnol a été interpellé jeudi dans un train Zurich-Paris avec plus de 3.500 billets sur lui.

L'info. Un homme de nationalité espagnole, âgé d'une cinquantaine d'années, a été mis en examen et placé en détention provisoire pour blanchiment, après avoir été arrêté avec un sac contenant 1,8 million d'euros en billet de 500 dans un train Zurich-Paris, a-t-on appris samedi de source judiciaire. Il s'agit de la plus grosse somme saisie en espèces en France depuis le début de l'année.

Fraude fiscale sans lien avec le terrorisme. Le suspect a été interpellé jeudi matin dans le Zurich-Paris par les douaniers de Bâle-Mulhouse avec plus de 3.500 billets sur lui, et a été placé en garde à vue. Il a été présenté samedi devant le procureur de la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Nancy, en charge de l'enquête.

"Les premiers éléments laissent penser qu'il s'agit d'une fraude fiscale : d'autres personnes de nationalité espagnole ont placé de l'argent dans une banque en Suisse, qu'ils avaient besoin de récupérer. Le suspect est un porteur de valise, chargé de rapatrier l'argent en Espagne", a indiqué le vice-procureur de la JIRS, Rémi Coutin. Les bénéficiaires de l'argent, dont certains ont été identifiés mais dont le nombre exact reste à déterminer, étaient pour une part d'origine basque, "mais il n'y a aucun lien avec le financement terroriste", a précisé le magistrat.

Jusqu'à 10 ans de prison. Le suspect, inconnu jusqu'alors des services de police et de justice en Europe, a été mis en examen pour blanchiment d'argent dans le cadre d'une fraude fiscale, association de malfaiteurs et manquement aux obligations déclaratives d'espèce sur le territoire français, des infractions pour lesquelles il encourt dix ans d'emprisonnement. Il a été placé en détention provisoire samedi, conformément aux réquisitions du parquet. L'information judiciaire ouverte devra "poursuivre les investigations, notamment en Espagne et en Suisse", a indiqué Rémi Coutin.