Arrêt maladie : les fonctionnaires dans le viseur

  • A
  • A
Arrêt maladie : les fonctionnaires dans le viseur
@ MAX PPP
Partagez sur :

Un jour de carence pourrait être instauré pour le public. Un 4e est à l'étude pour le privé.

Pour trouver de nouveaux postes d'économies, Bercy lorgne sérieusement vers la Sécurité sociale. Le ministère de l'Economie envisage l'instauration d'un jour de carence pour les fonctionnaires, en cas d'arrêt maladie, d'après les informations de La Tribune.

Et le privé, déjà bien mis à contribution, pourrait se voir contraint à un quatrième jour non pris en charge par la Sécu en cas d'arrêt maladie. Selon Les Echos, cela permettrait 220 millions d'euros d'économies.

"Une véritable sanction"

Cette mesure viendrait s'ajouter au remboursement à la Sécurité sociale des arrêts de complaisance. Comme le révélait Europe 1 jeudi, le gouvernement souhaite renforcer les sanctions contre les fraudeurs, en leur imposant une sorte d'amende proportionnelle au préjudice subi par la Sécu. En forçant les "faux-malades" à reprendre le travail l'année dernière suite à des contrôles de médecins-conseils, 400 millions d'euros ont été économisés par la Sécu.

Une autre mesure sera bientôt en application : la baisse générale des indemnités journalières en cas de maladie. Contre les 50% du salaire brut, elles seront, à compter du 1er janvier 2012, de 60% du salaire net, soit une perte de 1 euro par jour pour une personne payée au Smic.

Les syndicats dénoncent "des économies de bout de chandelles" et "une véritable sanction pour la santé des fonctionnaires". "C'est méprisant pour les fonctionnaires comme pour l'ensemble des salariés. Je ne suis pas sûre que ce soit une économie rentable à long terme", déplore Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, le principal syndicat d'enseignants, au micro d'Europe 1 lundi.

Même son de cloche chez Force ouvrière. "C'est une véritable sanction pour la santé des fonctionnaires, cela ne va pas améliorer la situation dans la Fonction publique", regrette Anne Balthazar, secrétaire générale de la FO-fonctionnaires.

"Pas dans une situation privilégiée"

Cette syndicaliste conteste au passage la réalité des trois jours de carence dans le privé. "Vous savez, beaucoup d'entreprises prennent en charge les jours de carence. On n'est pas dans une situation privilégiée par rapport aux plus grandes entreprises", estime-t-elle.

Bernadette Groison renchérit et considère que les fonctionnaires sont des boucs-émissaires. "A chaque fois, c'est le même scénario. On voit ce qu'on peut gratter sur les fonctionnaires. J'attends des mesures qui ont un peu plus de hauteur, avec une vue sur le plus long terme", lance-t-elle.