Après les élections, les manifestations

  • A
  • A
Après les élections, les manifestations
@ REUTERS
Partagez sur :

Entre 500 et 800.000 personnes ont manifesté mardi partout en France.

Journée de mobilisation sur tout le territoire. Suite à l’appel des syndicats CGT, CFDT, FSU, Solidaires (Sud) et Unsa, entre 500.000 et 800.000 personnes ont participé à 177 manifestations mardi à travers la France.

Les syndicats entendaient faire pression sur le gouvernement, deux jours après le dénouement des élections régionales et au lendemain d'un remaniement qui a vu Eric Woerth remplacer Xavier Darcos au ministère du Travail.

Retraites et pouvoir d’achat

A l’instar des autres syndicats, la Fédération syndicale unitaire (FSU) avait appelé les fonctionnaires à être "massivement en grève" et à manifester, tant pour le pouvoir d'achat que pour le "dossier essentiel des retraites".

"Il y a un regain de combativité des salariés pour faire admettre aux employeurs qu'il y a un problème de partage des richesses dans ce pays", avait expliqué mardi matin Bernard Thibault sur Europe 1.

Jugeant que "trop de manifs tue les manifs", la CFTC et la CGC ne se sont pas jointes au mouvement, décidé après le sommet social de la mi-février à l'Elysée. Force ouvrière a défilé de son côté sur la seule question des retraites.

Forte mobilisation, faibles perturbations

Les grèves, diversement suivies, ont surtout concerné les transports, les enseignants, dont 22% ont cessé le travail, selon le ministère, et la fonction publique, en grève à 17,4%.

Du côté de la SNCF, le taux de participation à la grève s'établissait à 28,3% à la mi-journée, selon la direction. L'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) évoque dans un communiqué des "perturbations limitées", avec "un fonctionnement normal ou presque dans plus de 75% du réseau".

Entre 13.000 et 50.000 personnes ont défilé à Marseille. Ils étaient entre 4.500 à 8.000 à Nice, entre 8.000 et 20.000 à Nantes, entre 5.500 et 11.000 à Rennes et plus de 30.000 à Rouen. La manifestation à Lyon a attiré entre 10.000 à 14.000 personnes, celle de Bordeaux a mobilisé entre 8.000 et 30.000 personnes, scandant les slogans : "Retraites j'y tiens", "la crise c'est pas nous", ou encore "Sarko t'as rien compris".