Après la sécheresse, la grêle

  • A
  • A
Après la sécheresse, la grêle
@ REUTERS
Partagez sur :

Certains agriculteurs, déjà lésés par la sécheresse, le sont désormais à cause de la grêle.

Après s’être fait attendre des semaines, la pluie est tombée presque partout en France ce week-end. Dans le Nord et le Sud-Est, les pluies orageuses ont été accompagnées par endroit de puissantes chutes de grêle.

Des images des intempéries :

Certains jouent de malchance...

Premières victimes de ces précipitations, les agriculteurs, qui après une douloureuse phase de sécheresse, semblent subir la loi de Murphy.

A Cavaillon, dans le Vaucluse, c’est toute la récolte de poires et de pommes de Jean-Marc Sarnette qui a été anéantie. En quelques minutes seulement, des grêlons gros comme des billes se sont abattus sur ses vergers.

"On avait peur que ça brise les vitres de la maison", "j’ai attendu que ça cesse et puis je suis allé faire un tour pour voir l’étendue des dégâts : beaucoup de pommes au sol, les feuilles broyées, et surtout les fruits qui restent sur les arbres qui sont pleins d’impacts, voire déchiquetés", a détaillé le maraîcher. "C‘est une année sans salaire. Nos revenus sont revenus à zéro et même, on va perdre des sous.

Sur Europe 1, André Bernard, président de la FDSEA Vaucluse et agriculteur à Uchau, a indiqué lundi matin que "pour certains c'est toute la production qui a disparu". A la moitié de la campagne de cerises, pour les producteurs "qui avaient encore de la cerise, tout ça, c'est foutu", a-t-il déploré tout en parlant de "drame".

...D'autres exultent

Mais tous les agriculteurs ne subissent pas de tels mauvais coups du sort. Ainsi, dans les Bouches-du-Rhône, il est tombé en 24 heures ce qui tombe habituellement en deux mois. En Bretagne et en Charente, des pluies salutaires sont venues rompre le jeun des terres.

L’Ile-de-France a aussi été arrosée. Pour Eric Marchand, céréalier au sud de Melun, les pluies sont loin d’être suffisantes, mais cela permet quand même de souffler un peu. "Ca va améliorer la qualité des grains de blé, qui ne sont pas tout à fait mûrs", a expliqué le cultivateur.

Mais, a-t-il nuancé, "il faut qu’il en retombe un petit peu, et puis que les températures soient un peu plus fraîches. Là, ça reverdira, mais ça va demander un certain temps quand même".

Un voeu qui, semble-t-il, est en passe d'être exaucé, car en théorie, les pluies devraient se poursuivre dans la semaine, couplées à des températures plus fraîches.