L'agence du médicament (Afssaps) a suspendu l'autorisation d'exercer des laboratoires Alkopharm et Genopharm, accusés par un concurrent d'avoir commercialisé un traitement anticancéreux périmé, a annoncé mercredi leur président, déplorant le "sacrifice" de 150 emplois.

Cette décision a été notifiée aux laboratoires par l'Afssaps dans des  courriers du 20 décembre, au moment où deux juges parisiens enquêtent sur les conditions dans lesquelles Genopharm a commercialisé des lots sous-dosés du traitement anticancéreux Thiotepa. Selon le groupe allemand Riemser, qui fabrique ce médicament, ces flacons étaient en fait périmés.