Anti-tabac : une campagne qui choque

  • A
  • A
Anti-tabac : une campagne qui choque
@ DNF - BDDP & Fils
Partagez sur :

Des associations et le gouvernement demande son retrait.

La provocation, c’est le choix qu’a fait l'association "Droits des non fumeurs" pour sa dernière campagne publicitaire. Le visuel réalisé par l’agence BDDP & Fils représente un jeune à genou devant un homme, simulant une fellation mais cigarette à la bouche. Suivi du slogan : "Fumer, c’est être esclave du tabac".

"Créer une réaction", c’est l’objectif de cette campagne, affirme Marco Delafuente, le vice-président de l’agence BDDP & Fils interrogé par Europe1.fr. "Elle n’est pas faite pour plaire, mais pour déstabiliser", assure-t-il.

Bachelot s'en mêle

Mais la provocation ne fait pas l'unanimité. Plusieurs associations, ainsi que la secrétaire d'Etat à la famille, Nadine Morano, ont demandé mardi l'arrêt de la campagne qu'elles jugent "choquante" ou "décalée", et que la ministre de la Santé Roselyne Bachelot considère "inappropriée", voire "contre-productive".

"Cette suggestion me semble intolérable. On peut choquer sur le tabac, cela ne me dérange pas, mais il y a d'autres campagnes à faire que cela", a expliqué Nadine Morano au micro de RMC. "Il y a d'autre moyens pour expliquer aux jeunes que la cigarette rend dépendant, au moment où on lutte contre la pédopornographie", a ajouté la secrétaire d'Etat, jugeant cette campagne anti-tabac "profondément choquante". La secrétaire d'Etat à la Famille va donc demander, "au titre de l'outrage public à la pudeur", l'interdiction de la publicité.

Le tabagisme s’accroît chez les jeunes et c’est pour lutter contre ce fléau qu’a été réalisée cette campagne. "Elle doit permettre de se révolter contre un fait acquis : que les jeunes continuent à fumer et fument de plus en plus", explique Marco Delafuente.

La polémique enfle

Mais plusieurs associations ont fait part de leurs interrogations. "C’est inadmissible aujourd’hui que l’on soumette un ado à cette position là. C’est scandaleux", s’est indignée Christiane Therry, la déléguée générale de Familles de France. "Qu’une pub soit faite pour choquer ce n’est pas anormal. Sauf que dans ce cas-là, elle va à l’encontre du message qu’elle doit délivrer", assure-elle.

Le porte-parole de la filiale française de British American Tobacco regrette que, "parce qu'(il) travaille pour un fabricant de cigarettes (il) puisse être assimilé à un violeur ou à un pédophile", dans cette publicité. "Et tous les salariés des cigarettiers, et les 29.000 buralistes, est-ce que ce sont potentiellement des pédophiles et des violeurs?", s'est interrogé Yves Trévilly. Il rappelle que le tabac est un produit vendu légalement, sous monopole d'Etat.

Vers une interdiction ?

L'association Familles de France a saisi mardi le Jury de déontologie publicitaire - une instance nommée par l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) - à propos de cette campagne. En cas de manquement aux règles professionnelles, elle peut demander une cessation immédiate de diffusion de la campagne.

"La société s'émeut d'une publicité qui n'a tué personne. Le vrai drame, ce sont ces jeunes qui se tournent vers l'addiction", répond Marco Delafuente

La campagne est diffusée dans les lieux publics et la presse jusqu’au 31 mai.

REAGISSEZ - Faut-il interdire la campagne anti-tabac qui compare tabagisme et fellation ?