Amputé, il veut traverser la Manche

  • A
  • A
Amputé, il veut traverser la Manche
@ MAXPPP
Partagez sur :

Philippe Croizon n'a plus ni bras ni jambes mais va traverser la Manche à la nage.

C'est un défi hors norme qu'il prépare depuis 2 ans. Victime d'une électrocution qui lui a valu l'amputation de ses deux bras et de ses jambes, Philippe Croizon rêve désormais de traverser la Manche à la nage. Il partira entre le 15 et le 21 septembre prochain. Le moment exact de la traversée sera choisi de façon à bénéficier des meilleures conditions.

L'idée a germé il y a seize ans alors qu'il était sur son lit d'hôpital après son terrible accident, en voyant à la télévision un reportage sur une nageuse traversant la Manche. Ce père de deux enfants veut accomplir un exploit, "pour moi, les miens et tous mes compagnons d'infortune qui n'ont plus goût à la vie", dit-il, en expliquant qu'il a voulu continuer à vivre "avec gaieté, optimisme et dérision".

Pour relever son défi, Philippe Croizon a fait concevoir des prothèses fixées à ses moignons de jambes. Ses moignons de bras ne lui servent pas à avancer mais lui permettent de trouver l'équilibre et de ne pas souffrir du mal de mer. En moyenne, il avance à un peu moins de 3 km/heure contre une moyenne comprise entre 4 et 5 km/h pour les valides. Il table donc sur une durée de 24 heures pour traverser la Manche au départ de Folkestone en Angleterre, pour une arrivée entre Wissant et le cap Gris-Nez dans le Pas-de-Calais.

L'ancien ouvrier métallurgiste s'est entraîné pendant deux ans jusqu'à 30 heures par semaine pour réussir son défi. En août, il avait notamment réalisé un aller-retour à la nage en 12 heures entre Noirmoutier et Pornic, une performance alors saluée par la secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano. "Quand je l'ai rencontré la première fois en septembre 2008, il était incapable de faire deux longueurs, il n'avait pas du tout de condition physique", se souvient son coach, Valérie Carbonel.

Philippe Croizon avait été terrassé par plusieurs décharges de 20.000 volts en mars 1994 alors qu'il démontait une antenne de télévision, victime d'un arc électrique entre lui et une ligne à haute tension.

Regardez ce reportage :