Amiante : une juge dans la tourmente

  • A
  • A
Amiante : une juge dans la tourmente
@ FRANCE 3
Partagez sur :

ON VOUS DIT TOUT - Celle qui a mis en examen Martine Aubry ne veut pas être mutée. Pourquoi ?

La juge Marie-Odile Bertella-Geffroy va-t-elle finir son instruction du dossier de l'amiante ? Cette juge du pôle santé du tribunal de Paris est rattrapée par la règle limitant à 10 ans les fonctions d'un juge spécialisé. Mais elle refuse de passer la main à 18 mois de la retraite. Le Conseil supérieur de la magistrature a de son côté implicitement préconisé la mutation de Marie-Odile Bertella-Geffroy. Un dossier que Christiane Taubira doit trancher dans les "prochains jours", selon le communiqué du ministère de la Justice.

Ce que dit la loi. Si les préconisations du Conseil supérieur de la magistrature se confirment, la juge d'instruction devra rendre définitivement les clés de son bureau, où elle continue à se rendre, même si depuis le 3 mars dernier, elle n'est plus officiellement en poste. Nommée vice-présidente chargée de l'instruction au TGI de Paris en 2003, Marie-Odile Bertella-Geffroy rentre en effet dans les critères d'application de la loi qui concerne les nominations intervenues après le 1er janvier 2002 et qui oblige à une mutation tous les 10 ans.

Mais la magistrate du pôle de santé publique du TGI de Paris conteste depuis plusieurs semaines être soumise à la règle des 10 ans et souhaite pouvoir continuer à instruire ses dossiers, dont celui de l'amiante.

Pourquoi ce n'est pas qu'une affaire personnelle ? Son départ laissera en effet en jachère cet énorme dossier dans lequel la magistrate a récemment mis en examen Martine Aubry. Pour assurer "la continuité du service public", Odile Bertella-Geffroy réclame donc à la ministre de la Justice de la "laisser en poste". "Je vais lui expliquer quelles sont les difficultés et quelle est la manière la plus normale de pouvoir assurer la continuité du service public. Il faudra que le remplaçant se forme aussi et qu'il prenne connaissance de l'ensemble des dossiers", commente-t-elle sur Europe 1 vendredi.

Il faudrait six mois à un an à deux nouveaux juges pour "ingurgiter le monstre amiante", estiment les défenseurs des victimes de l'amiante. Pour eux, la mutation de la magistrate risque donc d'éloigner l'espoir de voir s'achever l'instruction dans un délai raisonnable. Des arguments qui ont convaincu : une pétition recueille en effet près de 6.000 signatures. Directement adressée à François Hollande, elle qui réclame le maintien de la magistrate sur le dossier de l'amiante, d'ici à son départ à la retraite.

Pourquoi c'est un dossier compliqué ? Mais d'autres voix, plus critiques, estiment que la juge est attachée de façon irrationnelle à ses dossiers et que la règle des 10 ans n'est contestée par aucun autre magistrat. Les mêmes font observer que les dossiers tentaculaires dont Marie-Odile Bertella-Geffroy est en charge, mettent des années à aboutir pour finalement peu de résultats en matière de condamnation.

"Enquête sur le nuage de Tchernobyl, non-lieu général ; hormone de croissance, relaxe générale ; volet non ministériel du sang contaminé, non-lieu général ; dossier de l’amiante, demande d’annulation des mises en examen par le parquet général, l’arrêt sera rendu le 17 mai", énumère Libération. Et il y a aussi le dossier Buffalo Grill dans lequel la chaîne de restaurant a été accusée, fin 2002, d'avoir importé de la viande anglaise, alors sous embargo et qui attaque maintenant l'Etat et réclame 150.000 euros pour "faute lourde".