Ambassadeurs : une généreuse préretraite

  • A
  • A
Ambassadeurs : une généreuse préretraite
Une trentaine d'ambassadeurs vont pouvoir partir en retraite dès 58 ans et pourront cumuler leur pension avec une autre activité, que ce soit dans le secteur ou privé.@ REUTERS
Partagez sur :

Le quai d'Orsay a lancé un plan de retraite anticipée pour résorber ses sur-effectifs.

Le ministère des Affaires étrangères est en train de définir les derniers détails d'un plan de préretraites accessible dès 58 ans, rapporte Le Figaro dans son édition de jeudi. Le quai d'Orsay fait face à des sur-effectifs chroniques et espère ainsi se libérer de plusieurs cadres supérieurs auxquels il a du mal à trouver des affectations et des missions.

"Les volontaires toucheront une 'indemnité exceptionnelle de départ', puis conserveront 'une rémunération égale au montant du traitement indiciaire (…) majoré de l'indemnité de résidence à Paris'. En clair, tout leur salaire hors primes. La somme sera partiellement cumulable avec un revenu d'activité, dans le privé mais aussi dans une entreprise publique, voire une administration", précise le quotidien. La mesure devrait concerner 30 personnes, qui conserveront donc leur salaire jusqu'à 62 ans.

Le ministère du Travail irrité

Le ministère du Travail, chargé de mettre en place la réforme portant l'âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans, est embarrassé par une telle mesure. Cette dernière brouille en effet le message envoyé par le gouvernement, qui affirme qu'il est nécessaire de travailler plus longtemps pour pérenniser le système des retraites.

Cette exception à la nouvelle règle s'ajoute à une première dérogation, négociée il y a peu par Renault et tous les syndicats, à l'exception de la CGT. Un accord interne doit permettre à 3.000 salariés du groupe automobile de partir à la retraite dès 58 ans. La nouvelle dérogation accordée aux diplomates fragilise le souhait du gouvernement de n'accorder aucune exception à telle ou telle corporation. Les négociations entre l'Etat et les syndicats de dockers, qui réclament aussi une retraite anticipée, s'annoncent mouvementées.