Alcool, tabac, drogues : la carte de France des addictions

  • A
  • A
Alcool, tabac, drogues : la carte de France des addictions
@ MAX PPP
Partagez sur :

SANTÉ - L’Inpes a rendu publique jeudi son étude sur la géographie des consommations addictives.

L’INFO. C’est un travail de fourmi qu’a réalisé l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Après un long travail auprès de 30.000 personnes âgées de 15 à 75 ans, l’organisme a en effet publié jeudi son enquête sur la géographie des pratiques addictives en France. Une photographie qui permet de visualiser quelles régions consomment le plus d’alcool, de tabac et de produis illicites.

>> A LIRE AUSSI : La France mauvaise élève pour la consommation de drogues

Le constat général. Entre 2005 et 2010, les Français ont réduit leur consommation régulière d’alcool. Mais l’alcoolisation allant jusqu’à l’ivresse progresse à l’échelle nationale, tout comme le tabagisme, tandis l’usage du cannabis reste stable.

Le Languedoc-Roussillon, champion des addictions. Les régions ne sont pas toutes égales face au tabac, à l’alcool et autres drogues. Ainsi, Languedoc-Roussillon s’illustre particulièrement : on y consomme plus d’alcool, de tabac, de cannabis et de cocaïne que dans le reste du pays. Le Languedoc-Roussillon reste en tête des régions les plus consommatrices d'alcool avec 17% de buveurs quotidiens, suivies du Midi-Pyrénées, Pays-de-Loire et Nord-Pas-de-Calais (13%).

L’ambiguïté de l’Ile-de-France. Alors que cette région se montre plus raisonnable que le reste de la France en ce qui concerne la consommation d’alcool et de tabac, l'usage des autres substances psychoactives, en particulier de cannabis, y est plus marquée : 35% de ses habitants l’ont essayé une fois dans leur vie et ils sont 6% à avoir fumé au moins une fois dans le mois.

Les Bretons pas plus alcooliques que les autres mais... Victime d’une réputation de région particulièrement attachée au goulot de la bouteille, la Bretagne restaure son image grâce à cette enquête. On n’y trouve pas plus de buveurs ni de fumeurs réguliers que les autres régions. Le taux de personnes ayant été ivre au moins une fois dans l’année est en revanche supérieur à la nationale, tout comme l’usage des drogues : cannabis (36% contre 32% en moyenne parmi les 15-64 ans), poppers (7%), champignons hallucinogènes, cocaïne et ecstasy (5% chacun).

>> A lire aussi : La cocaïne se banalise

02.09.Bandeau.biere.alcool.Reuters.460.100

© REUTERS

LES CHIFFRES PAR REGION

Moins d'alcool quotidien, plus de beuverie. "La hausse des alcoolisations ponctuelles (au moins 6 verres en une seule occasion, par exemple festive) est importante" : elle concerne 18% des gens en 2010 (au moins une fois par mois) contre 15% en 2005, relève François Beck, responsable "Enquêtes et analyses statistiques" à l'Inpes. Sur ce point, "on observe une uniformisation à l'échelle du territoire. La même uniformisation est devenue manifeste au cours de la dernière décennie à l'échelle européenne".

07.11.Carte.Ivresse.INPES.460.460

© INPES

Les Français fument plus qu'avant. Près de trois Français sur dix (29%) fument tous les jours (+2 points par rapport à 2005). Si le Languedoc-Roussillon (35%), la Provence-Alpes-Côte d'Azur (33%) et l'Aquitaine (32%) comptent le plus de fumeurs quotidiens, cette proportion est moindre en Alsace (25%), Pays-de-la-Loire (26%), Rhône-Alpes (26%) et Ile-de-France (27%).

L'augmentation est significative en Basse-Normandie (+9 points), en Franche-Comté (+6) et dans le Languedoc-Roussillon (+4). Par ailleurs, selon d'autres enquêtes, on fume moins en Martinique (environ 10%) et à la Réunion (environ 20%).

07.11.Carte.Tabagisme.INPES.460.460

© INPES