Crash d'Air Algérie : "Ils se faisaient une joie de partir", raconte un proche

  • A
  • A
Crash d'Air Algérie : "Ils se faisaient une joie de partir", raconte un proche
@ Ecpad
Partagez sur :

Ils revenaient d'un voyage à la rencontre de leur belle-famille au Burkina. Dix membres d'une même famille de la Loire ont péri.

INFO. Une famille décimée en quelques minutes dans un tragique accident d'avion. C'est le sort de la Reynaud, originaire de Lorette à côté de Saint-Étienne, dans la Loire, dont dix membres ont perdu la vie dans le drame du vol Ouagadougou-Alger dans la nuit de mercredi à jeudi. Europe 1 est allée à la rencontre d'une proche des disparus.

>> LIRE AUSSI - Crash du vol Air Algérie : 54 Français morts, aucun survivant

Un voyage à la rencontre de leur belle-famille.  Il y a quelques mois, dix membres de cette même famille, les grands-parents, les deux fils, leurs femmes et leurs quatre enfants avaient décidé de partir tous ensemble au Burkina Faso. L’objectif de ce voyage de 15 jours, fixé au mois de juillet, est de rendre visite à une des filles de la famille, qui a épousé un Burkinabé quatre ans plus tôt. Ils ont trouvé la mort jeudi matin en rentrant de ce voyage plein d’émotions et de rencontres.

>> LIRE AUSSI - La nuit où l'épave a été retrouvée

"Ils se faisaient une joie de partir".  Une vraie tragédie pour Marie-Thérèse, la belle-sœur des grands parents.  "C’est terrible, cela donne un coup. On ne sait plus où on est, on ne sait plus ce que l'on fait. On est à la limite de tomber dans les pommes", confie-t-elle au micro d'Europe 1. "Ils se faisaient une joie de partir. Ils ont dû bien s'amuser, être bien ensemble… et puis voilà".  

>> LIRE AUSSI - Ce que l'on sait sur le crash de l'avion d'Air Algérie

La fille "n'est pas bien du tout". Karine, la fille, est aujourd'hui la seule rescapée de la famille. Elle avait décidé de ne pas rentrer tout de suite, afin de prolonger ses vacances avec son mari Burkinabé. Elle est aujourd'hui absolument dévastée, selon sa tante. "Karine reste toute seule, elle n'est pas bien du tout", assure Marie-Thérèse. "Elle ne répond  à personne. Elle est très affectée, elle criait… non pas de folie mais de douleur. Je pense qu'elle a besoin de soins".

Une tragédie familiale qui plonge également la commune de Lorette dans le deuil. Le maire de la ville a décidé vendredi de mettre en berne les drapeaux de la ville.