Agressé pour une ordonnance

  • A
  • A
Agressé pour une ordonnance
les violences contre les médecins dans leur cabinet ont augmenté de 80% en un an@ MAXPPP
Partagez sur :

<CUSTOM NAME="HIGHLIGHT"> </CUSTOM><CUSTOM NAME="HIGHLIGHT"><CUSTOM NAME="HIGHLIGHT"> </CUSTOM></CUSTOM>TEMOIGNAGE - L'Ordre des médecins s'alarme de la hausse des violences. Un praticien se confie.

Les médecins sont de plus en plus inquiets face à la montée des violences dans leurs cabinets. des agressions qui ne concernent pas seulement les quartiers sensibles. Le Conseil national de l'ordre des médecins (CNOM) a tiré la sonnette d'alarme mardi face à ces incidents, qui se traduisent le plus souvent par des insultes, mais aussi parfois par des coups.

L'insécurité pour les médecins, estime le président du CNOM, le Dr Michel Legmann, est un "véritable problème de santé publique". L'an dernier, les agressions ont augmenté de 80%, selon les chiffres publiés par l'Observatoire pour la sécurité des médecins du CNOM.

A Asnières, près de Paris, le Dr Francis Cohen, qui est généraliste, voit fréquemment des patients débarquer pour exiger une ordonnance ou un arrêt de travail.

Pour lui, ce sont "des prédateurs du système" :

Le médecin dit ne pas essayer de jouer les "Zorro" face à ces individus qui font pression par "un regard noir" ou par un physique "athlétique". Le Dr Francis Cohen essaye de trouver un arrangement, quand c'est un peu calme, puis élimine ces personnes de sa clientèle.

Un protocole pour aider les médecins

Un protocole est à l'étude depuis quatre ans entre le CNOM, le ministère de la Santé, de l'Intérieur et celui de la Justice pour aider plus efficacement les médecins confrontés à une insécurité multiforme. Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, veut la "signature rapide" de ce protocole et une réunion doit avoir lieu le 4 avril entre les acteurs concernés.

.