Affaire Tron : le contre-pied des experts

  • A
  • A
Affaire Tron : le contre-pied des experts
Des experts psychologues mandatés par la justice estiment que Georges Tron ne présente pas de "perversion sexuelle dans le registre du fétichisme du pied".@ Maxppp
Partagez sur :

L'ancien secrétaire d'Etat ne serait pas "fétichiste", selon les psychologues qui l'ont examiné.

C'est un nouvel élément dans l'enquête qui vise Georges Tron. Des experts psychologues mandatés par la justice ont passé sa personnalité au crible et ont jugé qu'il n'était pas fétichiste du pied. L'ancien secrétaire d'Etat à la Fonction publique a été mis en examen en juin dernier pour "viols et agressions sexuelles en réunion".

Aucune "perversion sexuelle"

Quand l'affaire a éclaté en mai dernier, une plaignante avait évoqué des massages de pied prodigués par Georges Tron dans son bureau de la mairie de Draveil, en Essonne. Ces massages, toujours selon la plaignante, auraient dégénéré en caresses plus intimes, entre 2007 et 2010. Or, les experts n'ont relevé aucune "perversion sexuelle dans le registre du fétichisme du pied" chez Georges Tron, selon les conclusions d'un rapport publié par Le Figaro mercredi.

Pour les experts, Georges Tron présente une "personnalité normale, exempte de pathologie mentale". Ils ajoutent n'avoir décelé "aucun élément qui aurait indiqué une évolution sexuelle problématique" de l'ancien secrétaire d’Etat.

Les plaignantes sujettes à la "survictimisation"

En revanche, les conclusions sont moins favorables pour les deux anciennes employés de la mairie de Draveil qui accusent Georges Tron. Elles sont décrites comme des personnalités fragiles et sujettes à la "survictimisation".

Toutefois, les conclusions de ce rapport ne discréditent pas les plaignantes. Leur avocat, Me Gilbert Collard, a demandé une contre-expertise. Selon lui, l'expertise réalisée "manque de finesse". "Je demande également l'annulation du rapport, qui commence par le renvoi à un aspect politique du dossier. On n'est pas en Union soviétique", a ajouté l'avocat des deux plaignantes.