Affaire Tapie : Lagarde, cible d'une enquête ?
Christine Lagarde pourrait être visée par une enquête, dans le cadre de l'affaire Tapie. © MAXPPP

Le parquet a demandé l'ouverture d'une enquête pour "abus d'autorité" à l'encontre de la ministre.

Le procureur général de la Cour de cassation a demandé mardi à la Cour de justice de la République (CJR) d’ouvrir une enquête contre Christine Lagarde pour "abus d’autorité" dans l'arbitrage favorable à Bernard Tapie. Jean-Louis Nadal avait été saisi par des députés socialistes.

Le dossier porte sur la revente d'Adidas en 1993, dans laquelle l'homme d'affaires Bernard Tapie se disait floué par le Crédit lyonnais. A l'initiative de Christine Lagarde, l'Etat avait abandonné la voie judiciaire, où il avait pourtant gagné en cassation, pour s'en remettre à un arbitrage privé.

Le tribunal arbitral avait finalement condamné, en 2008, le Consortium de réalisation (CDR) du Crédit Lyonnais à verser 285 millions d'euros de réparation à Bernard Tapie en 2008, dont 45 millions pour le seul préjudice moral.

Une instance de trois magistrats, la commission des requêtes de la CJR, devrait décider d'ici un mois si la requête est recevable. Si tel était le cas, le procureur général saisirait immédiatement la commission d'instruction de la CJR, qui mènerait ses investigations, avant un éventuel renvoi devant la CJR.

"Une étape normale"

"C'est une étape normale de la procédure", explique l'entourage de la ministre de l'Economie. "Elle va permettre à Christine Lagarde de produire à nouveau toutes les informations en sa possession et de démontrer l'absence de fondement de ce dossier", assure-t-il.

Quant à Bernard Tapie, interrogé par Europe 1, il s'est dit "pas inquiet". "Mon nom ? Il est cité où ?", s'est-il interrogé avant d'ajouter : "j’ai déjà du mal à digérer les fautes qu’on me reproche en général pour que vous me demandiez de commenter les fautes qu’on reproche aux autres".

"Parler des choses qui concernent Christine Lagarde, ce serait désobligeant", a-t-il jugé :