Affaire Merah: le gardé à vue dément tout lien

  • A
  • A
Affaire Merah: le gardé à vue dément tout lien
@ Capture écran
Partagez sur :

Après quatre jours de garde à vue, le complice présumé de Mohamed Merah a démenti son implication.

Le gitan converti à l'islam, relâché après quatre jours de garde à vue dans le cadre de l'enquête sur les éventuelles complicités dont aurait pu bénéficier Mohamed Merah, a démenti samedi soir sur France 3 tout lien avec les crimes commis par le tueur au scooter. Il a également nié être le troisième homme dans cette affaire. "Je condamne cette histoire de Mohamed Merah, c'est quelque chose de vraiment pas bien, c'est horrible, mais moi je n'ai rien à voir avec cette histoire", a assuré Charles M, témoignant à visage découvert.

Cet homme de 38 ans a toutefois reconnu qu'il connaissait la famille Merah puisqu'il a habité dans le même quartier des Izards à Toulouse pendant cinq ans. Il a également reconnu avoir travaillé avec le frère aîné Abdelkader, le seul mis en examen dans cette affaire, explique-t-il. "On allait à la mosquée des fois, on se connaissait comme tous les jeunes du quartier mais c'est tout. Je les connaissais en tant que personnes normales, jamais on ne se serait douté de quoi que ce soit de ces gens-là", ajoute-t-il, estimant avoir fait de la garde à vue "parce que j'allais à la mosquée et parce que je les connaissais".

Abdelghani Merah, le frère aîné en rupture avec sa famille, avait évoqué l'hypothèse du "troisième homme", possible complice du vol du scooter utilisé par le tueur pour assassiner froidement trois parachutistes, puis trois enfants et un enseignant juif, entre le 11 et le 19 mars à Toulouse et à Montauban au nom du jihad.