Affaire Junca : un nouveau suspect et un mobile

  • A
  • A
Affaire Junca : un nouveau suspect et un mobile
@ MAX PPP
Partagez sur :

ENQUÊTE - L'homme a reconnu avoir abordé l'adolescent pour lui demander son téléphone portable. Le point de départ d'une altercation mortelle.

INFO. Il n'était jusqu'alors qu'un simple "témoin assisté", entendu pour "non-dénonciation de crime". Jeudi soir, un cinquième suspect a été mis en examen et écroué dans l'enquête sur le meurtre d'Alexandre Junca, un adolescent de 13 ans sauvagement tué en 2011 à Pau. Christophe Camy a été mis en examen pour "assassinat avec actes de torture et de barbarie" et "séquestration en bande organisée d'un mineur de moins de quinze ans", les mêmes chefs que pour les quatre autres suspects. L'homme a reconnu être à l'origine de l'altercation qui a coûté la vie à l'adolescent.

Les faits. Le collégien avait disparu dans la soirée du 4 juin 2011, près de chez son père, dans le centre de Pau. Son corps, sauvagement démembré, avait été retrouvé en plusieurs étapes, d'abord un fémur en juin 2011, puis le reste du cadavre en octobre de la même année, sous une digue provisoire édifiée sur la rivière traversant la ville.
 

Des aveux et un mobile. Christophe Camy avait été placé en garde à vue mercredi. Déferai devant la juge jeudi, il a reconnu avoir abordé l'adolescent pour lui demander son portable. Une première altercation aurait alors eu lieu et le principal suspect, Mickaël Baehrel, un autre marginal de 28 ans, aurait asséné des coups de marteau au jeune Alexandre Junca. Selon Mickaël Baehrel, qui a reconnu en avril avoir frappé l'adolescent avec un marteau parce qu'il avait "la rage", Christophe Camy aurait lui aussi frappé le jeune, ce qu'il nie. Le procureur de Pau, Jean-Christophe Muller, a cependant précisé que ce point restait à "éclaircir".

08.04 junca.suspect.jpg

Une reconstitution du crime mi-juin. Parallèlement, trois personnes, proches de Claude Ducos, l'un des cinq mis en examen, avaient été placées en garde à vue mardi, avant d'être relâchées sans poursuites mercredi. Claude Ducos, un retraité de 75 ans qui aurait entretenu des relations avec Mickaël Baerhel, est soupçonné de l'avoir aidé à se débarrasser du corps d'Alexandre. 

Des incertitudes subsistent notamment sur les auteurs exacts du découpage du corps. Des traces laissées par deux personnes auraient été retrouvées sur le corps, avait précisé Jean-Christophe Muller en annonçant ces trois gardes à vue. Outre Mickaël Baerhel, Ducos et Camy, Fatima Ennajah, 48 ans, ex-compagne du principal suspect, et Mike Bonnet, un marginal de 30 ans sont également mis en examen. Une reconstitution du crime aura lieu dans la nuit du 16 au 17 juin.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

INFO - Meurtre d'Alexandre Junca : 3 nouvelles gardes à vue

INFO - Affaire Junca : un témoin clé parle

ZOOM - Mort d'Alexandre : qui sont les suspects ?

ENQUETE - Mort d'Alexandre : les doutes persistent

PORTRAIT - Mort d'Alexandre : un suspect n°1

L'INFO - Pau : la mort d'Alexandre confirmée