Affaire Bamberski : les zones d’ombre

  • A
  • A
Affaire Bamberski : les zones d’ombre
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le procès sur la mort de Kalinka Bamberski s’ouvre, mardi, 29 ans après les faits.

Juillet 1982 : Kalinka Bamberski, 14 ans, décède mystérieusement en Allemagne. Traqué 29 ans par le père de l'adolescente, le médecin allemand Dieter Krombach comparaît à partir de mardi, devant les assises de Paris pour le meurtre de sa belle-fille.

Au départ, l'affaire est pourtant tristement banale, estiment les légistes qui examinent le corps de l'adolescente retrouvée dans son lit au domicile de Dieter Krombach à Lindau (sud de l'Allemagne) où Kalinka vivait avec sa mère: rien ne permet, à leurs yeux, de mettre en doute la thèse de l'accident même si les causes de la mort restent mystérieuses.

Krombach nie les faits

Interrogé, le cardiologue assure qu'il a administré à sa belle-fille, la veille de sa mort, une injection à base de fer pour l'aider à bronzer. Puis que, la découvrant inconsciente, il a tenté de la ranimer à l'aide de différents produits.

Mais plusieurs éléments intriguent André Bamberski : quid "des substances visqueuses blanchâtres" retrouvées par les médecins à l'intérieur du vagin de Kalinka ? Comment un professionnel comme Krombach a-t-il pu avoir sur l'adolescente des gestes thérapeutiques jugés peu pertinents par les légistes, voire "grotesques" ? Le père de la jeune fille se convainc vite de la culpabilité du médecin.

Krombach clame son innocence

De son côté, le docteur Krombach, lui, clame son innocence, depuis que la police l'a retrouvé ligoté, en 2009 dans les rues de Mulhouse - un enlèvement coup de force assumé par le père de Kalinka. Ces conditions sont jugées "inacceptables"" pour les avocats du médecin qui entendent bien les dénoncer, dès l’ouverture de l’audience.

Ses avocats ne manqueront pas, non plus, de rappeler que leur client a été innocenté de cette affaire en Allemagne, qui a toujours refusé de l'extrader par la suite.

Condamné pour viol en Allemagne

Reste qu’en 1995, la justice française, elle, a bien condamné Dieter Krombach par contumace à 15 ans de prison pour la mort de Kalinka. Mais la France a ensuite montré peu d'empressement à réclamer le docteur Krombach à l’Allemagne. Et le fait qu'en 1997, Dieter Krombach ait été condamné dans son pays pour le viol d'une patiente, n’a rien changé.

Depuis, d’autres témoignages troublants sont apparus. Trois jeunes filles ont notamment assuré avoir eu des relations sexuelles avec lui, parfois à son domicile alors que sa femme dormait à l'étage. De quoi éclairer, pour le père de Kalinka, la personnalité de cet homme qu'il poursuit sans relâche depuis 29 ans.