Affaire Bamberski : Krombach définitivement condamné

  • A
  • A
Affaire Bamberski : Krombach définitivement condamné
@ MAXPPP
Partagez sur :

JUSTICE - La Cour de cassation a rejeté son pourvoi portant sur sa condamnation pour le meurtre de sa belle-fille, Kalinka Bamberski, en 1982.

L'INFO. La condamnation de Dieter Krombach à 15 ans de réclusion criminelle pour la mort en 1982 de sa belle-fille Kalinka Bamberski est devenue définitive mercredi pour la justice française. La Cour de cassation a en effet rejeté le pourvoi de l'ancien médecin de 78 ans.

Condamné en France, pas poursuivi en Allemagne. Dieter Krombach a été condamné en première instance et en appel à 15 ans de réclusion criminelle pour violences volontaires aggravées ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Mais une décision de la justice allemande, en 1987, avait définitivement mis fin à d'éventuelles poursuites contre lui dans cette même affaire. Lors de l'audience le 26 février, l'avocate de Dieter Krombach à la Cour de cassation, Me Claire Waquet, avait invoqué devant la chambre criminelle le principe selon lequel un individu ne peut être jugé deux fois pour la même affaire. Préconisant le rejet du pourvoi, l'avocat général avait quant à lui estimé que Dieter Krombach n'avait "jamais été jugé, et a fortiori ni condamné, ni blanchi" en Allemagne, la décision de 1987 ayant seulement eu pour conséquence de "ne pas introduire d'action publique" contre lui. La décision de non-lieu rendue en Allemagne "n'a pas valeur de jugement définitif" au sens de la loi, estime la Cour de cassation.

La justice européenne saisie. Me Philippe Ohayon, conseil de Dieter Krombach, a fustigé une décision qui "va contre le droit européen", "le juge français dicte sa loi à l'Europe". Il entend porter l'affaire devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), soit directement, soit par l'intermédiaire de la Commission européenne. Au terme de ce processus, si la CJUE estimait que son client a été jugé deux fois pour les mêmes faits, Dieter Krombach pourrait "être libéré immédiatement", a-t-il affirmé, sauf si la France justifiait de plusieurs faits nouveaux depuis la décision rendue en Allemagne.

Le combat du père de Kalinka. En octobre 2009, Dieter Krombach avait été retrouvé ligoté à Mulhouse. Il avait alors été interpellé par la police française, ce qui avait ouvert la voie à sa comparution devant les assises. Le père de Kalinka, André Bamberski, est soupçonné d'avoir orchestré l'opération. Il doit être jugé fin mai à Mulhouse pour enlèvement et séquestration, ainsi que pour complicité de violences et association de malfaiteurs. André Bamberski reste persuadé, comme il l'est depuis qu'il a lu le rapport d'autopsie, quatre mois après le décès de sa fille, alors âgée de 14 ans, que Dieter Krombach l'a violée avant de la tuer pour cacher son crime sexuel. Le médecin allemand a évoqué lors de son procès en appel l'hypothèse de l'erreur médicale.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

JUSTICE - Krombach condamné à 15 ans de prison

LA PHRASE - Krombach se redit "100% innocent"

CHRONO - Le fil du dossier Krombach-Bamberski