AF447 : un hommage dans l’intimité

  • A
  • A
AF447 : un hommage dans l’intimité
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un an après le crash, une stèle a été inaugurée au cimetière du Père Lachaise, à Paris.

Un an jour pour jour après l'accident du vol AF 447 Rio-Paris dans l'océan Atlantique, un millier de personnes, des proches des 228 victimes du crash, se sont recueillies, mardi matin, au Parc Floral à Paris. Un peu plus tard, une stèle a été inaugurée au cimetière du Père Lachaise.

Cet hommage, organisé par Air France, a eu lieu dans l’intimité, à l'écart de la presse. Il s'est tenu en présence du directeur général d'Air France Pierre-Henri Gourgeon, du secrétaire d'Etat au Transport Dominique Bussereau et de Jean-Paul Troadec, directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé de l'enquête technique.

"C'était une cérémonie très triste"

Les noms de toutes les victimes ont été égrenés lors de cet hommage où des représentants des religions catholique, protestante, musulmane et juive ont lu des textes, tandis que le choeur d'Air France interprétait un extrait du requiem de Verdi. "C'était une cérémonie très triste, mais nécessaire pour tout le monde", a témoigné une participante.

Sur la stèle installée au Père Lachaise, ont été incrustées 228 hirondelles et les mots "En mémoire" dans les 20 langues qui étaient parlées à bord du vol. Il s’agit d’une réplique du monument dévoilé il y a quelques mois à Rio, au Brésil. "En l'absence de sépulture, il était important d'avoir un lieu pour nous rencontrer, déposer des fleurs", confie Maira Schmidt, une Brésilienne qui a perdu sa soeur.

Un comité d'information pour les familles

Au-delà du recueillement, les familles des victimes exigent depuis plusieurs mois déjà de connaître la vérité sur les causes de ce crash. Dominique Bussereau a indiqué qu’il allait proposer en ce sens la création d'un "comité d'information" sur le déroulement de l'enquête.

Le secrétaire d’Etat aux Transports a par ailleurs assuré que les investigations allaient se poursuivre."Le BEA va reprendre l'analyse des courants et les résultats des campagnes de recherches effectuées. Il va poursuivre ses investigations pour se donner une chance de retrouver l'épave et les enregistreurs de vol, qui sont les éléments clefs pour comprendre les raisons du drame", a précisé Dominique Bussereau.