AF447 : Air France accuse Airbus et Thales

  • A
  • A
AF447 : Air France accuse Airbus et Thales
Alors que les recherches de l'épave de l'avion d'Air France sont relancées, la compagnie aérienne met en cause Airbus et Thalès, qui ont conçu les sondes Pilot.@ REUTERS
Partagez sur :

Air France rejette la faute sur les deux entreprises pour expliquer le crash entre Rio et Paris.

Les causes du crash de l’avion AF 447 reliant Paris et Rio restent encore inconnues. La défaillance des sondes de vitesse a bien été retenue comme une des principales causes du crash, mais cette anomalie technique n’explique pas à elle seule l’accident d’avion en juin 2009. La compagnie Air France privilégie pourtant cette thèse et met désormais en cause Airbus et Thales. Les deux entreprises ont fabriqué les sondes de vitesse mises en cause.

Airbus et Thales accusés de négligence

Dans un rapport qu’Air France a récemment remis à la justice, t dont l’AFP a pris connaissance, la compagnie aérienne se montre très sévère avec Airbus et Thales. Ces deux entreprises “ont considéré ces événements comme mineurs et sans conséquence potentiellement catastrophique", accusent les auteurs du rapport.

Ce document concède néanmoins qu'"il est impossible d'établir avec certitude un lien de cause à effet entre le dysfonctionnement des sondes Pitot et l'accident".

Air France se juge irréprochable

"Aucun manquement aux règlements ne peut être établi à l'encontre d'Air France", indique en revanche le même document. "L'analyse chronologique démontre qu'Air France n'a eu de cesse d'être proactive pour tenter de remédier aux événements liés aux dysfonctionnements des sondes Pitot", précise le document.

Air France dédouane en outre l'équipage, estimant que la préparation et le suivi du vol ne pouvaient être mis en cause.

Les familles de victimes accusent la compagnie

"Avec ce memorandum, Air France valide sans ambiguïté que les sondes Pilot sont au cœur de la chaîne causale qui a conduit au crash", a réagi l'association de familles de victimes, "Entraide et solidarité AF447". "Par cette note, Air France valide officiellement que les problèmes des sondes Pitot constituaient un risque critique pour la sécurité des vols et qu'elle en avait l'entière connaissance puisqu'elle échangeait sur le sujet depuis longtemps avec Airbus", a ajouté son président, Jean-Baptiste Audousset.

"Air France fait la démonstration qu'elle a joué son rôle d'alerte auprès des autorités mais encore aurait-il fallu qu'elle nous prévienne à défaut de changer ces sondes", commente pour sa part un pilote du syndicat majoritaire SNPL qui souhaite garder l'anonymat. "Elle aurait dû alerter les pilotes pour qu'ils puissent être conscients d'une situation potentiellement dégradée",

Les sondes défaillantes ont pourtant été conservées

"On ne peut faire aucun commentaire sur le document remis au juge: nous n'en connaissons pas le contenu exact", a réagi un porte-parole d'Airbus. Mais le constructeur aéronautique a néanmoins ajouté qu'Air France n'a pas émis de demande pour remplacer les sondes Thales, "pour des raisons d'harmonisation de maintenance de sa flotte".

Les sondes Pitot servent à mesurer la vitesse de l'avion par rapport à l'air, un élément essentiel à la conduite du vol. Ce sont des sondes Thales qui étaient défectueuses lors du crash Rio Paris. Leur maintenance pourrait avoir été défectueuse, le journal Libération expliquait en avril dernier que "les Pitot pourraient ne pas avoir été nettoyées assez souvent".

Une nouvelle phase de recherches de l'épave a par ailleurs été lancée vendredi afin de retrouver des débris de l'avion et trouver une explication à l'accident.