Aéroports : nouveau vote sur la grève lundi

  • A
  • A
Aéroports : nouveau vote sur la grève lundi
Jeudi, 45 membres de la police aux frontières (PAF), ainsi que des membres de la gendarmerie des transports aériens ont été déployés à l’aéroport Roissy.@ MAXPPP
Partagez sur :

La grève des agents de sûreté entraîne toutefois peu de perturbations dans les aéroports.

Les agents de sûreté, en grève depuis le 16 décembre, ont décidé samedi lors d'une Assemblée générale à Roissy de poursuivre leur mouvement de grève. Interrogés sur la poursuite du mouvement au lendemain de négociations avec le patronat, une grande majorité des quelque 200 grévistes présents ont voté pour. A Lyon-Saint-Exupéry, la grève a également été reconduite mais elle ne devrait pas provoquer d'annulation de vol le week-end de Noël, a précisé la direction de l'aéroport.

Une nouvelle assemblée générale est prévue lundi à 09H30 à Roissy pour décider de la suite du mouvement.  "Nos adhérents ne sont toujours pas d'accord avec les propositions qui ont été faites", a indiqué Thierry Fressart, délégué CFDT de la fédération des services.

"Nous sommes motivés pour aller le plus loin possible", a affirmé Christine Hamiani, déléguée CGT de la Brink's.

Des négociations serrées

Pour tenter de débloquer le conflit, le Syndicat des entreprises de sûreté aérienne et aéroportuaire a proposé vendredi aux syndicats de porter à un mois de salaire le montant de leur prime annuelle, sous certaines conditions.

Mais la proposition ne satisfait pas les syndicats qui réclament notamment une augmentation de salaire mensuel de 200 euros. "On a fait huit jours de grève pour une prime! On est à côté de ce qu'on demande depuis le début", a estimé samedi Danielle Hanryon, déléguée syndicale CGT.

"Pris pour des imbéciles", selon un syndicaliste

Un syndicaliste FO a jugé samedi lors de l'assemblée générale que les salariés étaient "pris pour des imbéciles". "Vous vous êtes bien amusés, les patrons, mais maintenant il va falloir passer à la caisse!", a-t-il lancé. A la fin de l'AG, les salariés se sont dirigés vers les différents terminaux pour manifester.

"Il y a beaucoup d'effets de manches de la part du gouvernement et de Nicolas Sarkozy. Mais on va tenir, c'est ce qu'ils ne veulent pas comprendre: les gens ne veulent pas céder!", avait prévenu Christine Hamiani, déléguée CGT chez Brink's, avant la réunion.

La saisie du tribunal administratif

La polémique est aussi montée ces derniers jours autour du déploiement des effectifs de police à Roissy en lieu et place des agents. La CFDT avait indiqué jeudi avoir saisi le tribunal administratif de Montreuil en Seine-Saint-Denis pour mettre fin à l'intervention des forces de l'ordre pour remplacer des grévistes à Roissy, tandis que FO travaille aussi sur les modalités d'un recours.

Mais le tribunal administratif de Montreuil a rejeté vendredi la requête de la CFDT, qui demandait la fin du remplacement par des policiers d'agents de sûreté à l'aéroport de Roissy, jugeant que cette mesure ne constituait "pas une atteinte au droit de grève".

Un nouveau préavis pour février

Afin de ne pas relâcher la pression, plusieurs syndicats du transport aérien ont annoncé jeudi avoir déposé un préavis de grève du 6 au 9 février 2012. Ils veulent protester contre la proposition de loi UMP visant à encadrer le droit de grève dans ce secteur.

"Tous les corps de métiers sont réunis dans cet appel: les pilotes, les navigants commerciaux, les mécaniciens et le personnel au sol", a déclaré à Yves Deshayes, le président du SNPL, premier syndicat de pilotes de ligne.